Comment demander une augmentation de salaire ?

demande d'augmentation de salaire

Osez aborder le sujet de l’augmentation de salaire

Comment négocier une augmentation de salaire ? Voilà une question qui n’est pas si vite répondue.

Bien que 56% des salariés français estiment mériter une meilleure rémunération chaque année selon la dernière étude du cabinet Hays, beaucoup ne se sentent pas sereins d’aborder le sujet avec leur employeur.

En effet, la négociation d’une augmentation ou d’une prime est le sujet sur lequel les professionnels français s’autocensurent le plus en entreprise. Le cabinet de conseil en organisation, expert des questions sociales ALTERNEGO révèle dans sa dernière enquête que 48% d’entre eux n’osent pas aborder le sujet, ce chiffre s’élevant même à 54% pour les 20-35 ans.

Selon Oualid Hathroubi, Directeur de Hays Paris, « la négociation des salaires est un moment clé qui peut, encore aujourd’hui, être perçu par les salariés comme étant assez délicat. ».

Trouver le bon moment, se préparer à échanger avec son responsable hiérarchique, connaître la politique salariale de l’entreprise et développer de bons arguments sont autant de points clés qu’il vous faudra maîtriser.

Retrouvez ici notre liste de 7 conseils pour négocier une augmentation de salaire.

Trouvez le bon moment

« Si le contenu est roi, le contexte est Dieu ». Cette citation de l’entrepreneur en série Gary Vaynerchuk est particulièrement adaptée au marketing numérique, il l’est aussi très certainement à votre demande d’augmentation de salaire. Pourquoi ?
Parce que s’il est évidemment essentiel de préparer de bons arguments à développer lors de votre futur échange avec votre responsable hiérarchique, le moment choisi pour le faire l’est encore plus.

« Il est important de connaître d’abord quel est le cycle de revue de salaire dans l’entreprise, quand l’exercice a lieu, quel sont les usages. Cela permet de bien définir le moment d’aller pitcher sa demande. » précise Aadil Bezza, Directeur des Ressources Humaines de Nestlé.

La plupart du temps, la négociation de votre salaire se déroule lors de votre entretien annuel. Il s’agit d’un moment qui vous est complètement dédié et pendant lequel votre employeur s’attend à ce que vous abordiez le sujet.

Selon l’étude Hays citée en préambule, la discussion sur l’augmentation de salaire est dans 64% des cas initiée par le salarié, et à 52% avec son N+1 (contre 18% seulement avec le service RH).

Gardez en tête que le timing de votre demande est clé dans l’atteinte de votre objectif. Une période de bons résultats professionnels, synonyme de satisfaction de votre employeur quant à votre travail, s’avère particulièrement propice à l’élaboration de vos arguments pour négocier une augmentation de salaire.

Préparez votre demande d’augmentation de salaire

Comme pour tout rendez-vous important, il est indispensable de préparer les arguments qui pourront justifier votre augmentation de salaire.

Avant toute chose, renseignez-vous sur la santé financière de votre entreprise. Cela vous donnera un bon indicateur de la possibilité ou non que l’employeur aura de vous augmenter cette année.

Ensuite, listez les quelques arguments qui récemment vous ont permis de contribuer à la bonne marche de l’entreprise : chiffre d’affaires, atteinte ou dépassement de vos objectifs, autres bons résultats obtenus…

En complément de ces données chiffrées, un autre aspect de votre contribution à la marche de l’entreprise est à considérer dans vos arguments pour négocier une augmentation de salaire : vos soft skills.

Il s’agit là de toutes vos compétences non techniques, celles qui font appel à vos savoir-être et personnalité. Si votre bonne humeur se ressent au sein du bureau et qu’elle contribue à créer une bonne ambiance de travail, il y a fort à parier que votre manager l’ait constaté au même titre que vos collègues.

Si vous êtes régulièrement force de proposition lors des réunions d’équipe et que vos idées permettent à l’entreprise d’évoluer dans le bon sens, il s’agit là encore d’un élément que vous pourrez valoriser dans votre argumentaire.

Plus encore que des données chiffrées, votre présence au quotidien au sein de l’entreprise contribue à une certaine cohésion d’équipe. N’oubliez pas que vous êtes un maillon de la chaîne indispensable à la marche de votre organisation.

Proposez une augmentation réaliste et proportionnée

« S’appuyer sur son historique d’augmentations reçues, sa performance et la cohérence interne et externe pour construire son argumentaire, en amenant gentiment la demande comme logique et pertinente. » Le conseil d’Aadil Bezza, DRH de Nestlé, s’avère extrêmement précieux lorsqu’il s’agit de négocier une augmentation de salaire.

Sachez tout d’abord que parmi les entreprises françaises, une très large majorité (81%) considèrent qu’elles payent bien leurs collaborateurs.

Partant de là, il est bon de considérer votre demande d’augmentation dans un contexte plus large que celui de ce simple échange.

  • Ai-je déjà été augmenté par le passé ?
  • Suis-je en position de force pour négocier ou ai-je à l’inverse rencontré quelques difficultés dans l’atteinte de mes objectifs ?
  • Au-delà de mon entreprise, quelle est la tendance en termes de salaires dans mon secteur et sur mon métier ?
  • Quel pourcentage d’augmentation de salaire serait raisonnable ou pas ?

L’objectif n’est évidemment pas de provoquer votre interlocuteur par votre demande, mais bien d’aborder le sujet avec tact en considérant celui ou celle qui vous fait face comme votre allié(e).

En complément de ces quelques réflexions, nous vous invitons à rechercher sur Glassdoor des informations sur les salaires proposés dans votre entreprise, sur votre métier et dans votre secteur pour vous positionner de manière réaliste.

Ne vous comparez pas à vos collègues

Il peut être tentant lorsque l’on demande une augmentation de salaire de se comparer à ses collègues. On peut évidemment penser que cette comparaison permettra logiquement d’accéder au même niveau de rémunération que d’autres collègues mieux payés. Il n’en est rien.

Au mieux, vous renverrez à votre interlocuteur le sentiment qu’il ne sait pas évaluer ses collaborateurs. Au pire, vous ferez figure d’un salarié capricieux et immature qui ne cesse de se comparer aux autres.

Gardez bien à l’esprit que négocier une augmentation de salaire est une affaire strictement personnelle, et qu’au même titre que vos collègues n’ont pas à se comparer à vous, le contenu de leur fiche de paie ne doit en aucun cas entrer dans votre argumentaire.

Qui plus est, 70% des entreprises utilisent des grilles de salaire pour encadrer les pratiques de rémunération et assurer une cohérence entre salariés. Certains critères s’avèrent ainsi particulièrement importants au moment de négocier, selon l’enquête du cabinet Hays :

  • La qualité du travail réalisé (64%)
  • Les promotions obtenues (58%)
  • Les nouveaux périmètres de poste (42%)

Ces 3 critères influenceront probablement bien plus la décision de votre entreprise que la comparaison que vous pourriez faire avec vos collègues. Faites-en bon usage !

Valorisez votre expertise métier

« Dans les entreprises où il y a eu des augmentations de salaires en 2019, celles-ci ont, semble-t-il, été plus marquées pour les cadres, ainsi que pour les professions nécessitant une expertise particulièrement recherchée actuellement (métiers du digital, analyse de données, intelligence artificielle, etc.).

Les salariés de ces secteurs ont vu leur pouvoir de négociation augmenter, du fait des tensions sur le marché du travail et du nombre de postes vacants sur ces secteurs ».

Oualid Hathroubi, Directeur de Hays Paris, souligne ici le fait qu’il est d’autant plus simple d’accéder à une augmentation de salaire que l’on dispose d’une expertise particulièrement prisée sur le marché du travail. Nous sommes ici dans un simple jeu d’offre et de demande dans lequel chacun valorise ce qu’il peut proposer de différenciant : personal branding côté candidat, marque employeur côté entreprise.

Si vous disposez d’une expertise particulièrement recherchée ou d’une compétence rare profitable à votre entreprise, c’est le moment de la mettre en avant ! Votre employeur réalisera certainement qu’il vaut mieux concéder ne serait-ce qu’une légère augmentation plutôt que de devoir chercher d’autres candidats qui disposeraient de la même expertise que vous.

Affectez votre demande d’augmentation à vos réalisations

Maintenant que vous avez correctement évalué la possibilité qu’a votre employeur de vous augmenter, votre légitimité à accéder à cette requête, le pourcentage ou le montant auquel vous souhaiteriez accéder et les expertises que vous pourriez valoriser, vous disposez des meilleures chances de voir votre augmentation de salaire se réaliser.

Lorsque vous échangerez avec votre manager, gardez bien en tête que cette récompense n’est que la contrepartie juste et légitime d’un travail que vous avez fourni et qui mérite d’être valorisé.

Aussi, les entreprises cherchant de plus en plus à satisfaire la qualité de vie de leurs salariés, à valoriser leur potentiel et leur motivation au travail, n’hésitez pas à préciser le niveau d’augmentation qui vous semblera satisfaisant en prenant l’engagement de persévérer dans cette dynamique positive sur l’année à venir.

Votre échange viendra ainsi renforcer le lien de confiance entre l’entreprise et vous, et vous affecterez votre augmentation d’une part aux résultats obtenus, mais aussi au gain de motivation qui vous permettra de performer plus encore par la suite.

Concluez sans faire de vagues et restez positif

Près d’une entreprise sur deux accorde des augmentations générales (ou presque) chaque année. Ce qui signifie que 50% d’entre elles ne le font pas.

En cas de refus de votre demande d’augmentation de salaire, ne perdez pas espoir et surtout… ne vous braquez pas !

Pas mal d’éléments contextuels peuvent expliquer que l’entreprise ne vous accorde pas l’augmentation escomptée. Le moment est donc venu de temporiser et de ne surtout pas prendre de décision hâtive sous le coup de l’émotion (poser sa démission à ce moment précis ne doit pas être une option).

Proposez une nouvelle échéance à votre responsable hiérarchique. Si votre demande d’augmentation n’est pas superflue, qu’elle vous semble parfaitement justifiée, proportionnée et légitime, n’abandonnez pas. Sollicitez de nouveau votre employeur dans les mois qui suivent l’échange en lui faisant gentiment comprendre que votre demande est importante pour que vous puissiez continuer à vous épanouir au sein de la société et garder votre motivation.

Le conseil d’Aadil Bezza, DRH de Nestlé : « S’assurer d’avoir toujours des discussions ou sessions de feedbacks avec son manager tout au long de l’année afin de ne pas être surpris sur l’appréciation de sa performance. ».

L’idée n’est pas d’engager une confrontation avec votre manager mais bien de lui proposer une place d’allié dans votre évolution de carrière.

En résumé, selon Claire Schnoering, Talent & Learning Director chez VINCI Construction, « Demander une augmentation de salaire se prépare. Choisissez le moment opportun, où votre manager sera réceptif et disponible et où de votre côté vous serez détendu(e) et assuré(e). Il est primordial de démontrer la valeur ajoutée de votre travail en présentant des éléments factuels, quantitatifs et qualitatifs permettant d’objectiver votre performance. Une fois votre augmentation obtenue, pensez à remercier votre hiérarchie et à lui témoigner votre engagement renouvelé avec enthousiasme par e-mail. ».

Restez positif tout en revendiquant ce qui vous semble juste au regard de votre environnement professionnel et de vos expertises. Si ce qui vous semble légitime n’obtient pas de réponse positive et qu’aucune autre forme de compensation n’est proposée après plusieurs mois, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Découvrez les offres d’emploi disponibles sur Glassdoor.

A propos de l’auteur :

Guillaume Coudert, directeur associé chez Agorize, professeur ISCOM et IICP, formateur-conférencier sur les thématiques emploi. Il anime le blog marqueemployeur.net depuis 2009.