Conseils et Témoignages

Travailler à Londres

Publié par Sélim Niederhoffer

Dernière mise à jour : 27 mai 2022
|9 lecture min.

Comment faire pour travailler à Londres ? Depuis le Brexit du 1er janvier 2021, de nouvelles conditions s’appliquent aux Français qui souhaitent travailler au Royaume-Uni.

Mise en place d’un système d'immigration par points, obtention d’un visa de travail… Travailler en Angleterre, Ecosse, Pays de Galle ou Irlande du Nord n’est plus aussi facile qu’avant.

La sortie de l’Union européenne complique l’obtention d’un job étudiant ou d’un premier emploi. En revanche, plus vous possédez de compétences recherchées, plus vous avez de chances d'obtenir un visa.

Pourquoi travailler à Londres

Outre l’ambiance chaleureuse des pubs londoniens, le charme de Buckingham Palace et la ponctualité de Big Ben, les raisons de vouloir travailler à Londres sont principalement d’ordre économique.

Est-il facile de trouver du travail à Londres ?

Le Royaume-Uni est en pleine reprise économique : les prévisions de croissance pour 2022 sont de 6%.

Une reprise confirmée par l'OCDE selon laquelle le pays devrait connaître la croissance la plus rapide des pays du G7.

Par ailleurs, le royaume insulaire est en proie à une pénurie de main-d'œuvre. L'emploi britannique renoue désormais avec le quasi-plein emploi : le chômage a diminué de 5,2% fin 2020 à 3,8% fin janvier 2022 et retrouve ainsi son niveau d’avant covid, d’après l'Office National de la Statistique (ONS).

Entre août et septembre 2021, ce sont 207 000 nouveaux salariés qui ont été recrutés, essentiellement dans l'hôtellerie et la restauration. Pour ce faire, les employeurs ont sollicité massivement les agences intérim.

Quel est le salaire moyen à Londres ?

Depuis octobre 2020, les salaires ont officiellement augmenté de 7,2% contre 3% avant la crise sanitaire.

Une croissance minorée par l'ONS qui table plutôt sur une croissance de 4,1 à 5,6%, en comptabilisant les disparitions d'emploi engendrées par la pandémie, les pertes de salaires et les salaires les moins élevés.

Il faudra aussi surveiller la tendance inflationniste qui pourrait s’inviter et gâcher la fête.

En outre, la hausse des impôts et l'envolée des factures d'électricité et d’énergie (conséquence de la guerre en Ukraine) risquent d’être une pilule difficile à avaler pour les ménages britanniques.

Quoi qu’il en soit, la nouvelle reste bonne et certains spécialistes estiment que le marché de l'emploi britannique est à son plus haut niveau depuis 40 ans.

D’après une étude Statista, le revenu médian à Londres est de 39 716 £, soit 47 513 €. C’est 43% de plus que le salaire médian en Île de France (27 180 €, derniers chiffres INSEE de 2018) et 53% de plus que pour le reste de la France (22 452 €).

À titre indicatif, voici le montant moyen des salaires londoniens en £ (source : roomclub) :

Profession Salaire Min Salaire Max
Serveur / Waiter £15 500 £21 000
Kitchen Porter £14 000 £16 500
Manager de restaurant £26 000 £34 000
Barman / Bartender £19 000 £25 000
Chef de rang / Head Waiter £20 000 £24 000
Cuisinier / Chef £19 000 £29 000
Chef cuisinier / Head chef £29 000 £39 000
Commis £14 000 £18 000
Employé de fast food £14 000 £16 000
Designer web £24 000 £39 000
Banquier £44 000 £59 000
Assistant (marketing) £26 000 £34 000
Manager (marketing) £34 000 £44 000

La fiscalité

Assurez-vous d’être en règle avec les services fiscaux avant de quitter la France.

Voici quelques liens utiles :

Quel métier faire à Londres : 5 secteurs qui recrutent

Si vous possédez un haut niveau de qualification et/ou une forte expertise dans votre domaine, vous avez toutes les chances de décrocher le boulot de vos rêves à Londres.

Voici 5 secteurs qui profitent d’une forte croissance et qui recrutent à la capitale.

  1. L’aviation : la réouverture récente des frontières a boosté les embauches dans le secteur aéronautique. Les postes d’agent de bord, ingénieur aéronautique et pilote sont les plus demandés.
  1. L’immobilier : le secteur immobilier a pris 42% de croissance par rapport à février 2020. Les opportunités sont présentes pour vous.
  1. Les ressources humaines : avec 33% de croissance, le secteur du recrutement recrute pour ses propres rangs.
  1. La santé : les infirmiers sont particulièrement recherchés (+18% de hausse de recrutement). La demande en vétérinaires a littéralement explosé avec une croissance de 70% depuis la crise du covid.
  1. L'éducation : un domaine qui pourrait intéresser les enseignants francophones : l’éducation est en croissance de 33%.

D’autres secteurs qui recrutent :

  • Le secteur des sports vit une croissance de 63%,
  • La recherche d’ingénieurs chimistes a bondi de 36%,
  • Les besoins dans le domaine des sciences sociales ont augmenté de 64%.

En clair, ce sont plus de 85% des employeurs londoniens qui envisagent de recruter dans les 12 prochains mois.

Comment trouver un travail à Londres

Pour travailler au Royaume-Uni, vous aurez besoin d’un visa de travail. Le pays a instauré une série de visas spécifiques pour encadrer les nouveaux travailleurs sur son territoire.

Pour faire votre demande de visa, vous devrez d’abord obtenir une promesse d’embauche (certificate of sponsorship) de la part d’un employeur britannique.

Il vous faudra donc trouver un emploi avant de vous installer.

Comment s’y prendre ?

Deux choix s’offrent à vous pour effectuer vos recherches : depuis la France ou sur place.

Depuis la France

Pour décrocher votre dream job à Londres, essayez une ou plusieurs de ces 3 méthodes :

Méthode #1 : le bon vieux bouche-à-oreille. Si vous avez un contact sur place, demandez-lui de vous mettre en relation avec les expatriés qui vivent à Londres. Ils sont les mieux placés pour savoir si leur boîte recrute ou quand un poste se libèrera.

Vous n’avez pas d’amis sur place ?

Méthode #2 : les réseaux sociaux. Un lieu intéressant pour faire des rencontres qui pourraient vous aider à trouver un travail à Londres. Abonnez-vous aussi à des pages spécialisées, telles que des groupes d’expatriés.

Vous êtes allergique aux réseaux sociaux ?

Netflix, le MI5, Prada et tant d’autres recrutent de nouveaux collaborateurs. Il y a de fortes chances pour que vous y trouviez votre bonheur. Il y a quelques années, la Reine cherchait même un community manager !

Sur place

En tant que Français, vous pouvez vous rendre à Londres pour 6 mois, sans visa.

Profitez de cette période pour effectuer vos recherches d’emploi et vous inscrire dans des agences de recrutement.

Dans ce cas, vous courez le risque de décrocher un entretien d’embauche à une date ultérieure à votre retour en France. Mais depuis la pandémie, beaucoup d'entreprises anglaises ont recours aux entretiens en visio-conférence. Ça se tente !

Et pour les stages ?

Il n'est actuellement plus possible d'effectuer un stage ou de partir comme jeune fille au pair au Royaume-Uni.

En revanche, la formule "demi-pair", qui inclut un séjour au Royaume-Uni réduit et des cours de langue payants, reste possible.

De quel visa ai-je besoin pour travailler à Londres ?

Pas de job, pas de visa. Le Royaume-Uni impose une sélection draconienne à l’entrée sur son territoire pour les travailleurs qui voudraient s’installer Outre-Manche.

Un visa d'immigration à points

Plus fort que le permis à point, le visa à point. Le Royaume-Uni a instauré un système d’immigration à points qui donne priorité aux compétences et à l’expérience des personnes.

Pour avoir le droit de travailler au Royaume-Uni, vous devrez cumuler 70 points, attribués en fonction de vos compétences et qualifications.

Par exemple :

  • Savoir parler anglais vous rapporte 10 points,
  • Obtenir une offre d’emploi d'un salaire supérieur à un seuil de 20 480 £ (29 445 €) = 20 points,
  • Posséder un doctorat dans le domaine d’embauche = 10 points,
  • Posséder un doctorat en Sciences et dans le domaine d’embauche = 20 points,
  • etc.

Les frais de dossier pour décrocher le visa peuvent varier de 660 € à près de 1 400 €.

Voici les visas que vous pourrez demander selon votre situation :

Visa de travailleur qualifié : le Skilled Worker visa

Pour obtenir le droit de travailler au Royaume-Uni, le visa de travailleur qualifié, nommé Skilled Worker visa, est le visa principal. Il vous permet de rester 5 ans sur place avec possibilité de renouvellement à son expiration.

Pour l’obtenir, vous devez remplir les conditions suivantes :

  • avoir obtenu une offre d’emploi d’un employeur agréé ;
  • être rémunéré au salaire minimum de 25 600 £ (30 700 €) ou au taux en vigueur pour un travail particulier. Vous pouvez néanmoins toucher un salaire inférieur dans certains cas (lire la situation des jeunes diplômés, plus bas) ;

Visa de personnel de santé : le Health and Care visa

Comme vu plus haut, le Royaume-Uni fait face à une pénurie des personnels de santé.

Si vous êtes médecin, infirmier, assistante sociale ou que vous faites partie du personnel de santé éligible, vous bénéficiez d'une procédure accélérée et de frais réduits. Vous serez notamment exonéré du paiement des surtaxes de santé à l’immigration.

Une fois que vous aurez décroché votre offre d’emploi, vous pourrez postuler pour le visa spécifique au secteur de la santé : le Health and Care visa. Celui-ci vous garantit un séjour de 5 ans renouvelable.

Visa pour jeunes diplômés au Royaume-Uni : le Graduate visa

Si vous obtenez votre diplôme au Royaume-Uni, vous pouvez postuler au Graduate visa.

Ce visa réservé aux jeunes diplômés vous permettra de rester sur place après vos études, de chercher un emploi et de travailler pendant une période de 2 ans maximum après la fin de vos études. Si vous êtes étudiant de 3ème cycle et préparez un PhD (doctorat), cette durée est allongée à 3 ans.

Informations à destination des jeunes diplômés en France

Pour vous, qui venez d’obtenir votre diplôme en France, la contrainte du salaire minimum d'embauche est plus souple.

Si l'emploi londonien que vous avez décroché propose un salaire annuel inférieur à la barre des 25 600 £ (30 800 €), vous pouvez tout de même décrocher votre visa si :

  • vous entrez sur le marché du travail pour la première fois : le plancher de salaire annuel peut être de 30% inférieur aux 25 600 £ fixés, sans passer sous la barre des 20 480 £ annuels (29 900 €) ;
  • votre emploi est de courte durée : vous pourrez obtenir votre visa même si votre rémunération est inférieure à 25 600 £ par an ;
  • vous êtes titulaire d'un doctorat (PhD) dans votre domaine de recherche d’emploi ou dans les domaines des STEM (Science, Technology, Engineering, Mathematics) : des points spéciaux vous sont attribués pour vous permettre de décrocher un poste.

Des visas pour les start-uppers

D’autres catégories socio-professionnelles peuvent obtenir des visas de travail spécifiques dont chacun possède sa propre procédure d’obtention.

Si vous êtes créateur de start-up, le Start-up visa ou le Innovator visa sont faits pour vous : pour le premier, vous devez être sponsorisé par un organisme agréé. Soit une université, soit une entreprise qui soutiendra votre projet.

Ensuite, à vous de montrer la nouveauté de votre idée, sa viabilité et son potentiel de croissance.

Le Start-up visa vous permet de rester 2 ans, l’Innovator visa, 3 ans.

Vous partez pour Londres ?