Choix de métier

Travailler dans une start-up : ce qui change par rapport aux autresboîtes

Publié par Sélim Niederhoffer

Dernière mise à jour : March 14, 2022

Travailler dans une start-up ? Des tas de clichés nous viennent en tête. Des entretiens d’embauches autour d’un café ou d’un verre de vin. Des horaires non conventionnels. Des collaborateurs dynamiques, pleins d’enthousiasme et qui ne désirent qu’une seule chose, créer et donner vie à un projet ambitieux : bienvenue dans la start-up nation !

Vous rêvez de travailler dans une start-up, une jeune pousse (terme trop peu utilisé pour dire une start-up en français), lisez ce guide du nouveau salarié en start up et découvrez ce qui diffère d'une entreprise classique.

La start-up dans les années 2000, c’est l’équivalent de la finance dans les années 1980, les années Tapie, Trump et Gordon Gecko (la star du film Wall Street, incarnée par Michael Douglas).

La start-up, c’est the place to be. Et comme dans la finance et Jean-Claude Van Damme, ça parle en franglais, car la grande majorité des termes techniques, financiers et commerciaux de la start-up nation sont directement importés des States. 

Vous voulez travailler dans une start-up pour des tas de raisons (découvrez-les dans cet article). Mais au fait… c’est quoi une start-up ?

Définition : travailler dans une start-up, c’est travailler où exactement ?

Avant de vouloir rejoindre une start-up, il faut savoir de quoi il s’agit concrètement. 

Une start-up est une jeune entreprise, qui travaille généralement dans le domaine des nouvelles technologies et du numérique, possédant un fort potentiel dont la croissance doit être très rapide. 

La start-up en tant que jeune entreprise dynamique et prometteuse est à la recherche d’investisseurs pour donner vie à ses différents projets. 

Pour n’en citer que quelques-unes : Microsoft, Apple, Facebook, Google, Atari, Ebay, Twitter, YouTube, Uber… 

Autant vous dire que ça peut exploser, et pas qu’un peu. 

La plupart des géants du digital d’aujourd’hui n’étaient à la base que des start-ups créées par des personnes ambitieuses, innovantes et un poil visionnaires.

Une start-up n’a pas pour but d’en rester une. 

C’est un état temporaire qui doit lui permettre : 

  • D’acquérir des investisseurs
  • D’optimiser son business model 
  • D’être une entreprise viable 

Une start-up c’est en quelque sorte une promesse de solution pour un monde meilleur. 

Elle peut avoir un impact relationnel comme Facebook, un impact informationnel comme YouTube et même un impact sur le divertissement comme Netflix. 

La start-up est à l’image de notre époque. Une transition vers un nouveau futur, d’après John Chambers “Le père d’internet” : “La croissance viendra des start-ups, pas des grandes entreprises”

La politique française qui, jusqu’ici, n’était pas forcément favorable à l’expansion de ce phénomène est en train de changer pour favoriser l’implantation sur le territoire. Le plan “France 2030” annoncé par Emmanuel Macron le 12 octobre 2021 à la volonté de “réconcilier les start-ups et l’industrie”, avec un investissement de 30 milliards d’euros. 

Tout pousse à croire que la start-up a un bon avenir en France.

L’extension du télétravail et les changements professionnels dus au Covid-19 sont des éléments qui contribuent positivement à l’expansion des jeunes pousses. Plus besoin de parcourir le monde pour l’améliorer. 

Le saviez-vous ? La Silicon Valley est « le berceau de la start-up ». Il est possible d’y établir votre siège comme des dizaines de milliers de Français qui ont franchi l’océan atlantique pour faire prospérer leurs projets non loin des locaux de Google ! 

Quels avantages à bosser dans une start-up VS rejoindre une entreprise du CAC40 ou une PME ? 

Maintenant, préparez-vous à avoir l’eau à la bouche, car les avantages à travailler dans une start-up ne sont pas des moindres. 

En entreprise classique l’évolution de carrière s’avère souvent difficile, vous pouvez avoir l’impression de ne pas être considéré, de tourner en rond et de ne pas évoluer ou en tous cas pas de la manière dont vous le souhaiteriez… 

En start-up c’est une autre dimension, du fait de sa jeunesse et de son caractère « minimaliste » en ce qui concerne sa taille et les personnes qui y travaillent, voici quelques avantages directement perceptibles et appréciables : 

  • Polyvalence et liberté : Attendez-vous à vous impliquer à 200 % dans un schéma qui vous plaît. Contrairement à un poste classique, vous serez amené à travailler dans des domaines complètement différents dans la même journée. Votre autonomie sera votre meilleur allié . 
  • Un investissement apprécié à sa juste valeur : Rejoindre une start-up c’est désirer donner vie à un projet, chaque personne a son mot à dire, sa bonne idée à donner. Les initiatives seront considérées et prises en compte. Ici, chacun peut s’exprimer et apporter sa pierre à l’édifice. 
  • Une hiérarchie quasi inexistante : L’esprit start-up c’est être au même niveau en matière de prise de décision, de responsabilité et d’implication. La réussite de la jeune pousse est entre les mains de tous, et son succès est le but commun. En start-up vous ne travaillez pas pour quelqu’un, vous travaillez avec chacun. 
  • L’administratif simplifié : Contrairement à une grande structure qui demande des courriers, des mails, des signatures et des approbations pour de banales formalités. En start-up chaque problème ou demande peut se résoudre en quelques minutes grâce à la proximité entre les membres.
  • Avantage en nature de toutes sortes : L’esprit start-up est un univers stimulant où l'ennui n’a pas sa place. Pendant vos pauses, défiez vos collègues au baby-foot et profitez d’un massage comme l’offre Zynga a ses collaborateurs. 

Certaines start-ups ont d’ailleurs fait de leurs avantages en nature de vrais aimants pour attirer les meilleurs talents (voir la liste des avantages insolites dans les start-ups de la Silicon Valley

Univers intellectuel ultra stimulant, mission nouvelle, changer la société pour le meilleur comme Yuka par exemple.

  • Avantage caché : Si un jour vous décidez de retourner dans une entreprise, en plus de l’expérience acquise en start-up. Votre polyvalence, votre résistance et votre force mentale face aux épreuves seront pour vous des atouts majeurs.

Tout semble rose dans la start-up nation, mais c’est à double tranchant et certains avantages peuvent se transformer en inconvénients. 

D’après le témoignage de Laura qui a travaillée dans une start-up de la fintech : « Il ne faut pas compter les heures sinon vous êtes mort ». En effet, rejoindre une start-up c’est accepter de lui donner la principale partie de son temps en attendant qu’elle ne devienne une entreprise viable. 

« Mes collègues de travail sont devenus des personnes proches, mais que je n’apprécie pas forcément ». David, responsable communication dans une start-up adorée par la presse spécialisée. 

Vos collaborateurs seront les personnes avec qui vous passerez le plus de temps. Il faut espérer que l’entente soit au rendez-vous pour que l’ambiance ne devienne pas trop tendue au fil des jours. 

« Sous ses airs cool et détendus se cachait un véritable tyran ». Matthias Z, développeur front-end dans une ed tech. 

Méfiez-vous si vous tombez sur un individu de ce genre, qui sous ses airs de faux cool dissimule un patron frustré et autoritaire. 

Quel est le salaire dans une start-up ?

Le salaire dans une start-up est calculé selon de nombreux critères dont les principaux sont : 

  • L’expérience
  • Les fonds levés
  • Les compétences
  • Le poste et l’implication 
  • La localisation 
  • Le domaine d’activité

Nous pouvons aussi citer le sexe (malheureusement) et l’ancienneté. Tous ces facteurs entreront dans le calcul de vos salaires.

Le salaire dans une start-up est extrêmement variable, mais nous pouvons dire que cela débute à partir de 3000e/mois, ce qui est quand même assez rare, pour atteindre les 130 000 euros annuels soit près de 11 000 euros par mois. 

Quel état d’esprit dans une start-up ?

Attention ! Ce n’est pas parce que vous allez postuler dans une start-up que vous devez rédiger votre CV et votre lettre de motivation n’importe comment. 

De nombreux fondateurs de start-ups sont encore très old school sur l’étape « recrutement » : si ces visionnaires motivants sont prêts à prendre des risques au niveau de la direction des opérations et en matière de communication, ils sont souvent très rigoureux sur les process de recrutement. 

(N’oubliez pas de lire l’article « Pourquoi vous et pas un autre ? », la fameuse question piège en entretien d’embauche.) 

Une fois les 2-3 ou 5 entretiens passés, soyez prêt à : 

  • Communiquer en anglais, même entre français. C’est pour faciliter les fusions, les rachats, les collaborations à l’étranger, et pouvoir vendre plus cher à des acquéreurs potentiels. 
  • Comprendre ce qu’est une levée de fonds, comment ça fonctionne, et pourquoi c’est une étape cruciale pour l’avenir de la start-up en question 
  • Accepter l’idée de perdre son job du jour au lendemain 
  • Donner, offrir, apporter pour ne recevoir que plus tard 
  • Vivre avec l’idée que cette entreprise jeune et innovante de 7 ou 10 personnes doive embaucher dès demain 50 à 100 nouveaux collaborateurs en devenant une scale-up, en chemin pour devenir une licorne. 

10 idées de livres cultes à lire pour développer le bon mindset du start-upper

  1. La vie d'un génie, biographie de Steve Jobs par Walter Isaacson.
  2. Tesla, PayPal, SpaceX : L'entrepreneur qui va changer le monde, biographie d’Elon Musk de Ashlee Vance
  3. Lean start up d’Éric Ries
  4. Le livre de la jungle de Younes Rharbaoui et Anabelle Bignon
  5. Zéro To 1 de Peter Thiel, créez de la valeur dans ce monde comme PayPal, Linkedin ou Facebook.
  6. No filter de Sarah Frier. L’histoire de la start-up qui a bien commencé, Instagram, avant d’être avalée et dénaturée par Facebook. 
  7. Remote, le Guide indispensable du télétravail de Jason Fried et David Heinemeier Hansson
  8. Écosystème de Rachel Vanier, un roman qui suit Marianne et Lucas dans le monde de la création de start-up. 
  9. La 25ème heure, de Guillaume Declair, Jérôme Dumont et Bao Dinh, pour être productif, mais ne pas faire que travailler.
  10. De l’école à la start-up de Jean-Michel Huet et Sébastien Dunod, pour une transition efficace.

Rejoindre une start-up est une aventure qui se vit pleinement. C’est une promesse d’expériences multiples et de rencontres hors du commun. 

Derrière ce côté cool se cache un réel travail à fournir qui sera fortement récompensé si c’est un succès. Gardez en tête que cela comporte des risques et que ce n’est pas fait pour tout le monde. Certains y trouveront tout ce dont ils rêvaient et d’autres préfèreront un mode de travail « classique ». 

L’autonomie, les responsabilités et la liberté qu’offrent les start-ups demandent aussi une rigueur et une implication sans faille. La start-up d’aujourd’hui peut devenir l’eBay ou le Twitter de demain. 

Accueil du blogChoix de métierTravailler dans une start-up : ce qui change par rapport aux autresboîtes