Conseils de carrière

Comment être un leader au travail quand vous n’êtes pas le patron

Vous n’êtes pas le patron. Vous le savez. Mais cela ne signifie pas que vous ne pouvez pas être un leader, même aux yeux de votre manager. « Votre patron veut vous voir agir en tant que leader », explique Jill Jacinto, spécialiste de la carrière des millénaires car « votre supérieur veut savoir que vous avez les compétences nécessaires pour gérer un projet ou une équipe avant que vous ne puissiez prétendre à une promotion », explique Jacinto.

Ou, comme Brooks Harper, conférencier de carrière et auteur de Why Should We Hire You (Pourquoi devrait-on vous embaucher), explique «il est important de se rappeler que chaque jour est un entretien. Chaque jour, vous êtes mis à l’essai  pour votre prochaine augmentation ou promotion.» Nul besoin d’être en position d’autorité pour vous comporter en tant que leader. Le véritable leadership n’est jamais une simple affaire de hiérarchie, et votre supérieur appréciera toute prise d’initiative visant à bonifier la valeur d’un projet ou de l’entreprise.

Voici les conseils de nos experts pour devenir un leader au travail sans marcher sur les plates-bandes de votre patron.

  1. Anticipez.

Les bons leaders sont proactifs, pas réactifs. « Ils établissent toujours un plan d’action selon leurs priorités », explique Jacinto.« Ils pensent également au delà de leur projet actuel », dit-elle. Par exemple : « Quels seront les besoins du client lorsque ce trimestre sera terminé ? » Les vrais leaders « établissent de nouveaux objectifs, proposent des idées novatrices, font des recherches approfondies pour leur projets. » De cette manière, ils gardent une longueur d’avance et une bonne image auprès de leur supérieur.

  1. Devenez le bras droit de votre chef.

Créer le tandem parfait avec votre patron ne veut pas dire devenir son assistante personnelle ou faire du zèle. Pour gagner des points auprès de votre chef, apprenez à l’observer. « Il vous faut comprendre comment il fonctionne et ce dont il a besoin dans différentes situations », conseille Jacinto. Pourquoi ? « Vous aurez toujours une longueur d’avance  si vous êtes en mesure d’étudier son comportement  », explique-t-elle. « Soyez ses yeux et parfois son cerveau, quand le sien est au bord du burn out. » Vous deviendrez rapidement indispensable.

  1. Communiquez de manière efficace.

Les bons leaders savent comment parler, et plus important encore, quoi dire. Harper vous suggère de perfectionner votre  communication avec votre patron.  Tenez-le au courant de l’avancement de vos projets, expliquez-lui comment vous abordez certains problèmes et comment passez votre temps au travail.  En communiquant avec votre supérieur,  « vous montrez que vous n’avez pas l’intention d’usurper son autorité », dit Harper.

[Article connexe : Comment gérer un boss hyper-contrôlant ?]

  1. Mieux vaut demander pardon que permission.

Un leader ne demande pas toujours l’autorisation de faire quelque chose. Bien que ce conseil soit un peu risqué, il peut vous rapporter gros s’il est bien appliqué. De manière générale, il est raisonnable de ne pas attendre la permission de votre supérieur « lorsque vous avez une excellente opportunité, mais pas le temps d’en discuter avec votre patron », explique Jacinto. Par exemple, n’attendez pas l’autorisation d’envoyer une note de remerciement à un client ou un fournisseur, ou de poster un tweet très pertinent sur une actualité. Lorsque vous agissez avant d’avoir obtenu le feu vert de votre manager et qu’il s’agit d’une bonne initiative, votre patron sera plus à même de vous confier plus de responsabilités dans le futur.

[Article connexe : Comment obtenir une augmentation de salaire selon un PDG]