Comment réussir un entretien téléphonique ? (+ BONUS conseils d’expert)

Comment réussir un entretien téléphonique ?

Le moment tant attendu est arrivé : vous vous apprêtez à passer entre 30 minutes et une heure au téléphone avec le recruteur de l’entreprise dans laquelle vous avez postulé.

Mélange d’excitation et d’appréhension, qui plus est en cette période de crise sanitaire, vous ne savez pas comment aborder ce rendez-vous virtuel important.

Pas de panique ! Vous trouverez ici un véritable guide d’entretien téléphonique qui vous permettra, grâce à nos conseils d’experts en recrutement, de préparer au mieux votre rendez-vous et de décrocher le job, même pendant la crise.

Connaître l’objectif de l’entretien téléphonique

Pour commencer, il est important de s'interroger sur les objectifs de l'entretien téléphonique, pour le candidat comme pour le recruteur.

Après la lecture et l'analyse de votre CV et de votre lettre de motivation, les recruteurs demandent en général à proposer un premier entretien téléphonique au candidat. « Plus qu'un échange téléphonique, l'entretien est une réelle opportunité pour le candidat et le recruteur » précise Kamel Medjabra, responsable de la marque employeur Decathlon.

En effet, il s’agira pour le recruteur de :

  • Vérifier que le candidat est toujours à la recherche d'un emploi
  • Verrouiller la disponibilité du candidat 
  • Valider les critères incontournables de recrutement (la passion du sport dans le cas de Decathlon)
  • Se faire un premier avis sur le candidat et se projeter ou non dans le processus de candidature
  • Fixer un rendez-vous pour un entretien physique (hors période de confinement) ou digital (plus adapté au contexte actuel

« Si à l'issue de l'entretien téléphonique, le recruteur possède assez d'éléments pour prendre une décision sur la suite de la candidature, l'entretien est réussi » indique Kamel Medjabra.

Pour le candidat, l’entretien téléphonique représentera essentiellement :

  • L'opportunité d'ajouter de nouveaux éléments pertinents à son dossier de candidature
  • Un moyen d'en savoir un peu plus sur le poste, l'entreprise et le package de rémunération

« L'entretien téléphonique est réussi si le candidat a validé que le poste était conforme à ce qu'il recherchait et a donné envie au recruteur de le rencontrer » synthétise encore Kamel Medjabra.

Faire le point sur ses motivations

Pour être bien prêt le jour J, il est une question primordiale à se poser : celle de votre motivation à intégrer cette entreprise pour ce poste. « Il est important de bien se demander pourquoi on postule dans l’entreprise concernée » précise Laura Pochebonne, responsable recrutement et relations écoles chez Polyconseil, cabinet d’innovation numérique du Groupe Bolloré.

Cette professionnelle des ressources humaines ajoute que pour bien préparer son entretien téléphonique, le candidat doit absolument savoir répondre à ce type de questions :

  • Quel est le cœur de métier de l’entreprise ?
  • Quels éléments vous attirent particulièrement ?
  • Quels sont ceux qui vous freinent ou vous font peur ?
  • Quels critères seront déterminants dans votre choix entre cette entreprise et une autre ?

Woman sitting at dining table at home having a break from her work at the laptop

Connaître son CV sur le bout des doigts

L’entretien que vous allez passer est un moment qui vous est entièrement dédié. Le personnage principal, autrement dit le héros de cette histoire, c’est vous !

Aussi, il est très important que vous fassiez le point sur vos expériences professionnelles, personnelles, associatives ou sportives passées. L’idée est simple : pour parler de vous, il est indispensable de connaitre votre parcours, vos expériences et compétences sur le bout des doigts.

« Ma préparation s’est faite comme pour un entretien physique » nous indique Sylvain, candidat que nous avions récemment rencontré dans le cadre de notre article sur la recherche d’emploi en période de confinement. Il nous précisait alors qu’il se préparait à un entretien téléphonique avec une grande banque. Suite à cette expérience qui, nous dit-il, s’est plutôt bien déroulée, Sylvain ajoute que « l’idée est de bien préparer en amont son argumentaire pour éviter d’avoir à improviser pendant la discussion ».

Pour Alexia Vigneau, DRH de Fabernovel, société qui a finalisé quelques recrutements pendant le confinement, le niveau d’attente doit être le même que lorsqu’on se rencontre physiquement. « Le niveau d’exigence est fort car le recruteur ne peut se faire une idée que sur les réponses données par le candidat, non pas via ses réactions » précise-t-elle.

L’attention du candidat doit donc être complètement mobilisée tout au long de l’échange.

Se préparer physiquement…

Une fois le rendez-vous pris avec le recruteur, vous vous poserez forcément la question des conditions idéales dans lesquelles passer votre entretien confiné à la maison.

Il est évidemment hors de question d’être dérangé par votre chien qui aboie, votre petit frère qui vous demande de lui faire réciter ses tables de multiplication ou encore par vos parents qui vous pressent de venir à table.

Aussi, voici la checklist indispensable à un entretien téléphonique des plus confortables :

  • Un espace calme (votre chambre, un bureau, une pièce calme, votre balcon ou votre jardin s’ils sont bien isolés des bruits environnants)
  • Une tenue dans laquelle vous êtes à l’aise et en confiance
  • Un petit carnet ou quelques pages blanches pour pouvoir prendre des notes
  • Un bon réseau téléphonique ou, si vous êtes en zone blanche, une bonne connexion Internet (auquel cas vous proposerez au recruteur de passer l’appel via WhatsApp par exemple)
  • Des écouteurs pour avoir les mains libres
  • La fiche de poste auquel vous avez postulé
  • Votre CV
  • Des informations clés sur l’entreprise auxquelles vous pourrez vous rattacher si besoin

Faites place nette autour de vous : écriteau sur la porte, information à vos colocataires, parents, frères, sœurs ou autres éléments potentiellement perturbateurs, désactivation des notifications de toute sorte… Ne donnez aucune possibilité à votre environnement de vous déranger.

…et mentalement !

Parlez de l’offre d’emploi et de vos motivations à votre entourage les jours qui précèdent votre entretien téléphonique. Demandez à vos proches de vous poser des questions sur l’annonce, l’intérêt que vous portez à l’entreprise, vos compétences, vos dernières expériences, vos qualités et vos défauts… A force de réponses, vous deviendrez incollable sur la plupart des questions que le recruteur pourrait vous poser. Et surtout, vous serez à votre aise, dans VOTRE élément !

Avant l’entretien téléphonique et pendant toute sa durée, il sera également important de travailler votre posture. Pour vous détendre, fermez les yeux, prenez une grande inspiration, expirez doucement et demandez à un proche de vous lire ce passage autant de fois que nécessaire à votre apaisement :

Tu as été sélectionné parmi des dizaines, voire des centaines de candidats. Ton CV intéresse indéniablement le recruteur qui souhaite découvrir plus encore tes qualités et compétences. Tu es un candidat talentueux et tu as toutes tes chances d’être recruté pour le poste.

Maintenant que vous êtes en confiance, ancré et détendu, vous êtes prêt à décrocher votre téléphone en vue d’un échange qui s’annonce passionnant.

Young man using laptop in the living room

Donner le ton de son entretien téléphonique

Vous l’aurez compris, optimiste, positivisme et enthousiasme sont les clés d’un entretien de recrutement réussi. Par téléphone, l’exercice consistera entre autres à donner du relief à la discussion.

En entretien physique, recruteur comme candidat peuvent être influencés par leurs différents sens. Lors d’un entretien physique, le seul sens sollicité est l’ouïe.

« Le candidat doit se montrer dynamique, curieux et que son sourire s’entende même par téléphone. Un candidat motivé et agréable, qui sait s’exprimer, remportera plus de suffrage qu’un autre peut être moins tonique. » indique Charlène Martin, responsable communication du pôle formation Uimm Rouen-Dieppe.

Là où votre sourire peut très souvent s’avérer votre meilleur atout en entretien physique, la tonalité que vous donnerez à l’échange téléphonique saura rendre la conversation agréable et vous différencier d’autres candidats auprès du recruteur.

Valoriser ses soft skills

Les soft skills (compétences transversales), ce sont vos compétences comportementales, complémentaires à vos compétences techniques, les hard skills.

Même à travers un échange par téléphone, il est possible (et fortement recommandé) de valoriser ces compétences comportementales.

Princia Miabatoussa, spécialiste RH au sein du cabinet de recrutement SLIBES Conseil, nous révèle les soft skills les plus appréciées des recruteurs pour effectuer leur sélection dans le cadre d’un entretien téléphonique :

  • L’aisance au téléphone (bonne présentation, convivialité de l’échange)
  • La disponibilité du candidat (pas de parasites ou de fonds sonores pouvant perturber la conversation)
  • La confiance du candidat en ses propos
  • La capacité à exprimer une cohérence dans son parcours
  • La sympathie et la bonne humeur, notamment dans cette période de confinement anxiogène
  • La cohérence de discours entre les différents interlocuteurs rencontrés dans le process de recrutement

Vous connaissez désormais les quelques qualités sujettes à vos futures lectures de développement personnel.

Découvrez aussi : Comment changer de carrière grâce à ses compétences transversales.

Poser des questions

Lorsque l’entretien téléphonique touchera à sa fin, le recruteur vous demandera probablement si vous avez des questions. C’est là que vos notes prises lors de la conversation interviennent !

Peut-être votre interlocuteur aura-t-il soulevé des sujets intéressants qui méritent d’être creusés : la position de votre futur responsable hiérarchique dans l’organigramme, les enjeux auxquels votre future mission sera chargée de répondre, l’ambiance de travail qui se joue chaque jour dans les locaux…

Il est toujours de bon ton de poser des questions en fin d’entretien, à la condition qu’elles soient pertinentes et pas trop nombreuses. 3 à 5 questions maximum semblent constituer un bon compromis.

En période de confinement, il est tout à fait adapté de demander au recruteur quel MOOC gratuit en ligne vous pourriez suivre afin de vous préparer au mieux au poste ciblé.

Et si vous n’avez préparé aucune question, n’en posez pas ! Mieux vaut indiquer que l’échange a été parfaitement clair et vous laisser le temps de revenir vers votre interlocuteur par la suite avec d’éventuelles interrogations pertinentes.

Et pour trouver de l'inspiration, découvrez 45 questions à poser lors d'un entretien d'embauche.

En conclusion…

Récemment invité dans l’émission Quotidien sur TMC, le journaliste Marc Fauvelle précisait que les personnalités politiques étaient bien mieux préparées pendant le confinement aux questions des journalistes. La raison ?

Une prise de notes facilitée et la possibilité de disposer de toute l’information disponible en temps réel grâce à Internet.

A l’image des politiciens confinés, préparer votre entretien téléphonique vous facilitera la tâche et vous donnera les meilleures chances de pourvoir au poste dont vous rêviez.

Nota bene : n’oubliez pas de remercier votre interlocuteur par mail le lendemain de votre échange. Cela pourrait bien faire la différence…

BONUS

L’antisèche de Kamel Medjabra, Responsable Marque Employeur chez DECATHLON, pour un entretien téléphonique réussi !

timthumb

EN AMONT

  1. Ne pas hésiter à se renseigner sur l’entreprise en échangeant avec des salariés pour récolter des informations et découvrir son fonctionnement, ses valeurs, son ADN. Aussi, il est toujours intéressant de consulter des professionnels qui exercent le même métier dans d'autres entreprises.

Pour ce faire, LinkedIn, My Job Glasses ou les avis laissés par les candidats au sujet de leur entretien sur Glassdoor te seront d’une aide précieuse.

  1. Ne pas hésiter à reporter l'entretien téléphonique si l'on n’est pas disponible ou dans les meilleures conditions pour le réaliser.

Si tu as postulé à beaucoup d'offres et à différentes entreprises, c'est un bon moyen de prendre le temps de te rafraîchir la mémoire.

PENDANT

  1. Vérifier que vous avez une bonne connexion et que vous êtes dans un endroit calme, favorable à un échange de qualité avec le recruteur.
  2. Se munir de son CV pour pouvoir répondre aux questions du recruteur, basées généralement sur la lecture faite du CV en amont. Il est toujours utile de préparer des notes en amont avec des éléments de réponses à apporter au recruteur (défauts, qualités...) et d'éventuelles questions à lui poser pour ne pas être simple spectateur et dynamiser l'échange.
  3. Se munir de l'annonce pour pouvoir utiliser les éléments de la section "profil recherché" et ainsi rassurer le recruteur.

« Si j'ai bien compris, vous recherchez une personne... »

  1. Apporter des éléments nouveaux que le recruteur n'a pas pu lire sur le CV : motivation, disponibilité, connaissance de l'entreprise, intérêt pour le poste.
  2. Faire des phrases courtes, simples et claires.
  3. Poser des questions aux recruteurs sur la prochaine étape du processus de recrutement, le package de rémunération et les avantages.
  4. Adopter une bonne posture. À l'oral : avoir une voix rassurante, une respiration normale et ne pas avoir peur des blancs. Faire preuve d'une écoute active pour pouvoir rebondir sur les propos du recruteur si besoin.

APRÈS

  1. Ajouter le recruteur sur LinkedIn pour le remercier de l'échange. Un mail peut également faire l'affaire, mais c'est une action one shot moins puissante que la connexion durable qu'offre LinkedIn.
  2.  Laisser un avis au sujet de l'entretien sur Glassdoor pour aider les futurs candidats à mieux appréhender leur futur échange avec l’entreprise.

À propos de l’auteur :

Guillaume Coudert, directeur associé chez Agorize, professeur ISCOM et IICP, formateur-conférencier sur les thématiques emploi. Il anime le blog marqueemployeur.net depuis 2009.