Conseils de carrière

L’intrapreneuriat, en quoi cela consiste ?

intrapreneuriat

Il y a peu de temps, le groupe PepsiCo annonçait le lancement d’un tout nouveau soda : Driftwell.

Sa particularité ? Au lieu de nous réveiller comme le promettent la plupart des boissons sucrées et énergisantes, celle-ci aurait pour mérite d’aider son consommateur à s’endormir.

Cette nouvelle boisson n’est pas arrivée là par hasard. Comme la plupart des produits innovants que l’on trouve sur le marché, elle est le fruit de plusieurs mois de recherches, permettant de passer d’une idée à sa mise sur le marché, en passant pas tout un tas de tests et étapes intermédiaires.

Mais l’originalité de ce produit ne réside pas que dans le fait de faciliter la vie de nos amis insomniaques. Elle l’est aussi du fait d’avoir émergé dans le cadre de The Next Big Idea, un programme d’innovation interne… ou devrions-nous dire d’intrapreneuriat.

Que se cache-t-il donc derrière cette notion ultra-tendance d’intrapreneuriat ? Quels exemples concrets et expériences les entreprises proposent-elles à leurs salariés avides d’entreprendre ?

Et surtout, pourquoi devriez-vous, en tant que candidat, considérer le sujet de très près comme une opportunité vraiment intéressante ?

C’est ce que nous allons voir dans cet article.

Qu’est-ce que l’intrapreneuriat ?

Étymologiquement, vous l’aurez compris, intrapreneuriat est la contraction des termes « intra » (qui signifie « à l’intérieur de ») et « entrepreneuriat ». L’intrapreneuriat, c’est donc la possibilité offerte à un salarié d’entreprendre au sein même de son entreprise.

Pour Timothée Monod, Program Manager du Startup Studio Nexity, être intrapreneur, c’est avoir toutes les caractéristiques d’un entrepreneur tout en bénéficiant, en plus, de la sécurité de l’emploi.

Alexis Gros, Chief Data Officer & Business Development chez BivwAk!, entité créée par BNP Paribas pour accélérer le développement du Groupe, nous livre également sa définition du concept :

« Pour moi, l’intrapreneuriat se caractérise par un état d’esprit : celui d’avoir le courage de challenger le statu quo, d’ouvrir de nouveaux sujets, de sortir de sa zone de confort, comme le font les entrepreneurs mais à l’échelle d’un grand groupe. Grâce à cette posture, les intrapreneurs tirent le maximum des avantages de l’entreprise (diversité d’expertises et de savoir-faire, force de frappe, partenariats avec de nombreux acteurs, capacité à passer rapidement à l’échelle…) tout en gardant une approche agile.

Les programmes d’intrapreneuriat offrent un cadre et une structure qui maximisent les chances de succès des intrapreneurs, en s’appuyant sur des méthodes et des expertises éprouvées.

Il s’agit d’un levier clé de la transformation des grands groupes car c’est un moyen d’explorer et de tester de manière agile le potentiel de nouveaux business model, ayant souvent un impact positif sur la société ou l’environnement. »

En fonction de l’entreprise dans laquelle il se trouve, l’intrapreneur peut travailler sur de nouveaux projets à des rythmes différents : un jour par semaine, une semaine par mois sur plusieurs années, plusieurs semaines ou mois d’affilé sur une même année…

Le format a cela d’intéressant pour les entreprises qu’il peut être flexible tout en répondant à une attente forte des jeunes générations : la volonté d’entreprendre.

Comme le souligne Timothée Monod chez Nexity, l’intrapreneuriat permet de développer le sentiment de responsabilité de créer quelque chose de nouveau (un produit, un service, une façon de faire). En fonction des structures, cela peut se faire ou non au bénéfice de l’entreprise, le tout associé à des ressources humaines, financières et techniques dont dispose notre salarié intrapreneur.

En pratique, ça donne quoi l’intrapreneuriat ?

Le Startup Weekend et le LuccaVenture de Lucca

Le cas du Startup Weekend chez Lucca, éditeur de logiciels de SIRH, illustre bien la pratique. Tous les ans (hors période de crise sanitaire), les salariés de l’entreprise se retrouvent le temps d’un weekend dédié à l’innovation. Chacun se voit alors la possibilité d’initier un sujet d’intrapreneuriat et de former une équipe de travail.

A la fin du weekend, les projets sont présentés à la direction et certaines équipes gagnent l’opportunité, si elles le souhaitent, de poursuivre leur projet durant leur temps de travail.

Les objectifs de la démarche proposée par Lucca sont clairs : permettre à différentes fonctions de travailler ensemble.

Ainsi, développeurs, commerciaux, marketeurs ou encore comptables peuvent stimuler leur créativité et aboutir à des projets innovants à développer dans le cadre de leur contrat de travail. C’est ce qu’on appelle l’intelligence collective.

S’inspirant du « projet 20% » lancé par Google il y a plusieurs années, l’entreprise propose un concept complémentaire au Startup Weekend à ses salariés en quête de sens et d’épanouissement professionnel. Son nom : le LuccaVenture.

L’idée proposée par l’éditeur de logiciels est là encore de rassembler des salariés issus de différentes équipes et de les faire phosphorer autour de différents projets. Une fois la phase de sélection des meilleures idées effectuée, chaque collaborateur peut consacrer ses jeudis après-midi au développement de la sienne.

Parmi les idées proposées via le dispositif :

  • Lucca Faces, une application pour apprendre le nom de ses collègues tout en s’amusant
  • Lucca Speak, le glossaire pour se familiariser avec les expressions propres au langage des salariés Lucca
  • le prototypage d’un chatbot vocal connecté à l’application de gestion de congés « Figgo » pour poser ses congés même en étant sous la douche
  • l’organisation d’une « greenweek » en simultané sur Nantes et Paris, pour sensibiliser les salariés à consommer de manière plus responsable

Le Startup Studio de Nexity

Chaque année, Nexity lance avec la solution Agorize un appel à projets auprès de tous ses collaborateurs. Qui de mieux placé pour inventer de nouvelles choses en lien avec l’activité de l’entreprise ?

Timothée Monod, Program Manager du Startup Studio Nexity constate que parmi le foisonnement d’idées proposées (plus de 140 en 2019), les approches sont de plus en plus qualitatives.

Il faut dire que l’intérêt de participer est double : les tests se font dans des conditions optimales au sein de l’incubateur de Nexity (le fameux Startup Studio) et chaque collaborateur a la garantie de retourner à son poste si son projet d’intrapreneuriat ne fonctionne pas.

Le profil type d’un intrapreneur chez Nexity ?

  • Quelqu’un de tenace, qui a une vision
  • Qui croit en son idée
  • Prêt à sortir de sa zone de confort
  • L’envie de réussir, jusqu’à chercher la première ligne de chiffre d’affaires
  • Qui ne faiblit pas dans sa motivation

En somme, toutes les qualités que l’on retrouve classiquement chez des entrepreneurs, le risque de perdre son job en moins.

Chez Nexity, n’importe quel collaborateur peur construire un nouveau projet et devenir patron de la nouvelle filiale créée si celui-ci fonctionne. Voici quelques exemples de solutions proposées et développées grâce au programme d’intrapreneuriat Nexity :

  • Les Ateliers MX, pour concevoir très simplement son appartement. Une collaboratrice Nexity intrapreneure a travaillé pendant 4 mois sur son projet. Elle est maintenant patronne de sa filiale.
  • Renat City, un projet permettant de démontrer l’effet que va avoir un programme immobilier sur son environnement, ce qui permet de proposer une vision objectivée aux collectivités.
  • Weshop, une solution permettant d’appliquer la méthode du coworking au bail commercial traditionnel.

70% des projets proposés continuent après les 4 mois de développement. Au final, 15 à 20% de l’ensemble des idées proposées sur le programme d’intrapreneuriat de Nexity perdurent sur le long terme.

BivwAk! by BNP Paribas

Des exemples d’intrapreneuriat en startup, dans une grande entreprise du secteur de l’immobilier… Qu’en est-il dans le secteur bancaire, et tout particulièrelent chez BNP Paribas ?

Nous avons proposé à Alexis Gros Chief Data Officer & Business Development chez BivwAk!, de nous faire part de l’expérience proposée aux intrapreneurs chez BNP Paribas.

« A BivwAk!, nous avons commencé par accompagner, entre 2017 et 2019, 17 projets intrapreneuriaux initiés par des collaborateurs. Car un intrapreneur, même avec le bon état d’esprit, a besoin d’être accompagné par un collectif à toutes les étapes de la transformation de son idée en produit :

  • Pendant la phase exploratoire, où il identifie et précise le problème à résoudre au travers de sessions d’interviews et / ou de campagnes visant à tester l’appétence de sa cible sur une problématique,
  • Pendant la phase de construction du pitch, où il doit identifier une solution potentielle, la tester auprès de sa cible, réfléchir au périmètre de son MVP et au budget et à l’équipage nécessaire pour le réaliser,
  • Pendant la phase du pitch où il doit convaincre ses sponsors,
  • Et pendant la phase de réalisation, ou il doit constituer son équipe et tenir les échéances en prenant en compte des retours du terrain, de la squad et de l’ensemble des parties prenantes 

Ces étapes nécessitent la mobilisation de nombreuses méthodes et expertises, qui doivent s’adapter aux besoins du produit et de l’intrapreneur.

Cette première phase a été clé pour constituer un cadre méthodologique, une équipe d’experts, une plateforme technologique et un réseau de partenaires au sein et à l’extérieur du Groupe BNP Paribas. Aujourd’hui, BivwAk! passe à l’échelle et est utilisé par BNP Paribas pour accélérer le développement du Groupe sur des axes stratégiques comme le Positive Impact Business, le Data Responsable, le Sustainability by Design, ou l’Intelligence Artificielle, toujours avec cette approche « test & learn ».

Nous fixons tous les six mois avec notre Board Stratégique les axes sur lesquels accélérer, et accompagnons en continu des projets liés à ces thématiques, proposons des sessions d’upskilling et des conférences permettant aux collaborateurs de monter en compétences sur ces sujets, et accompagnons des chefs de projet pour les aider à intégrer de nouvelles méthodes de travail et ce nouvel état d’esprit à leur quotidien.

Toutes ces activités sont conduites avec notre état d’esprit « test & learn » qui nous pousse à toujours chercher à nous adapter aux enjeux et aux problématiques remontés par le terrain et par nos partenaires, tout en gardant un enjeu fort de livraison de résultats tangibles à court terme. »

Quel intérêt peut avoir un jeune diplômé à devenir intrapreneur ?

Chez Nexity, et même si le programme proposé par le Startup Studio ne s’adresse pas qu’aux jeunes, les intrapreneurs ont entre 25 et 27 ans de moyenne d’âge. « Ils ont une envie de renouveau », précise Timothée Monod. « On fait participer des profils mixtes, par exemple des professionnels ayant 20 ans d’expérience avec des étudiants, à travers le reverse mentoring. »

L’intérêt de la montée en compétences est clair. Le Startup Studio contribue ainsi à développer la marque employeur Nexity en attirant de nombreux talents, qui en plus sont certains de conserver leur emploi une fois le programme terminé. De quoi être rassuré, surtout en période de crise.

Le petit plus ? Chez Nexity, Timothée Monod nous garantit que l’on évolue plus vite dans l’entreprise grâce à l’intrapreneuriat. Le Groupe prévoit même de proposer une certification avec diplôme d’État. Une belle ligne à ajouter à son CV.

Côté BNP Paribas, les intérêts sont également multiples. Alexis Gros nous les dévoile :

« BNP Paribas est une belle opportunité pour les jeunes diplômés. A BivwAk!, nous avons créé Digital Path, un Graduate Program pour les jeunes diplômés. Ce programme, constitué par 3 missions de 6 mois au sein des entités du groupe, permet aux jeunes diplômés de se constituer un réseau, d’avoir un aperçu des enjeux de différents métiers, et d’apporter leur état d’esprit et leur expertise (Growth Hacking, Data Scientist, UX Designer…) au métiers et fonctions du Groupe. Autant d’atouts qui faciliteront la création de leur projet intrapreneurial tout en contribuant à la transformation de l’entreprise.

En plus de ce programme, les collaborateurs du Groupe peuvent s’appuyer sur People’s Lab for Good, un programme dédié aux intrapreneurs à l’initiative de projets à impact positif, qui consiste en des sessions de coaching et d’accompagnement pour accélérer la transformation des idées des intrapreneurs en projet concret.

Ce dispositif, qui allie intérêt business pour le Groupe et impact positif sur la société et / ou l’environnement, a été renforcé cette année par un partenariat avec Engie et Danone, pour donner l’opportunité aux intrapreneurs de pitcher leur projet à d’autres grandes entreprises.Il existe beaucoup d’autres initiatives dans les entités et les pays du groupe. Si vous souhaitez en savoir plus, contactez-nous sur LinkedIn ou notre site BivwAk! ».

A bon entendeur…

En résumé

Comme le souligne à juste titre Anaïs Fournout, SEO Manager chez Lucca, « l’intrapreneuriat montre que l’on peut entreprendre à l’intérieur d’une entreprise déjà en place et que l’entrepreneuriat n’est pas réservé aux créateurs de startups ou aux freelances. »

Les écoles ont bien compris l’intérêt que peut représenter ce nouveau mode de travail pour leurs étudiants et jeunes diplômés. L’emlyon business school en est le parfait exemple : l’école vient de lancer l’Institut de l’Intrapreneuriat avec comme premier membre fondateur l’entreprise Sodexo.

Son crédo en trois points ?

  • Professionnaliser l’intrapreneuriat
  • Développer un réseau d’expertise d’excellence
  • Accélérer l’apprentissage et l’émergence des conditions favorables au succès des intrapreneurs

Si vous doutiez encore de la possibilité d’entreprendre sans risques, la solution est toute trouvée : devenez intrapreneur !