Les actualités Glassdoor

Comment négocier pour transformer un CDD en CDI

requalification cdd en cdi

Vous en avez marre de stresser et de subir la précarité du CDD ? Dans un coin de votre tête, vous aimeriez acheter un bien immobilier, et vous savez que le CDI rassure les banques pour l’obtention d’un prêt ?

Si vous voulez accéder au Graal du CDI, découvrez dans cet article les 5 choses à savoir pour transformer un CDD en CDI.

Si le CDD, contrat à durée déterminée, peut être une porte d’entrée vers le marché du travail, le CDI représente encore plus de 74% des contrats (source : Insee). Il est la norme en France, le contrat habituel de travail.

Comment obtenir un CDI quand on est en CDD ?

1. Mettez-y les formes

Avant d’entamer toute négociation, vous devez bien formuler votre demande de CDD en CDI.

L’idéal est d’y mettre les formes et de commencer par rédiger une lettre de demande de transformation d’un CDD en CDI.

Suivez la structure suivante pour votre lettre au service RH :

  1. Rappeler votre attachement à l’entreprise, remercier pour ce CDD (des émotions, de l’humain)
  2. Rappeler vos résultats, constatés par votre équipe et votre supérieur (des chiffres)
  3. Rappeler tout ce que vous pouvez encore faire et apporter (la vision)

(Vous pouvez trouver un exemple plus détaillé de cette lettre dans l’article “comment réussir votre embauche après un stage”.)

Une fois écrite, adressez-la à votre recruteur et essayez d’obtenir un entretien avant l’échéance de votre CDD.

Sans ça, vous risquez de ne pas bénéficier des avantages de la transformation du CDD en CDI.

L’erreur à éviter : ne démarrez pas votre lettre en expliquant directement que vous voulez négocier votre salaire !

2. Soyez performant et prouvez-le à votre employeur

Pendant votre négociation, vous devez montrer à votre employeur que vous êtes performant, que vous êtes un atout pour l’entreprise.

Vous devez le convaincre que vous êtes désormais totalement opérationnel et autonome, et que recruter un autre CDD lui fera perdre du temps et de l’argent.

Donc prouvez à votre employeur vos résultats, et justifiez-lui d’un point de vue comptable si nécessaire comment vous lui faites gagner de l’argent.

Rendez-vous indispensable à ses yeux, obtenez des résultats.

Et faites lui faire comprendre que transformer votre CDD en CDI n’est pas un risque, mais une opportunité.

Bien entendu, vous devez avoir cet état d’esprit au quotidien, bien avant la fin proche de votre contrat.  

3. Montrez votre motivation à transformer votre CDD en CDI

Ensuite, montrez à votre patron que vous êtes très motivé pour passer d’un CDD à un CDI.

Mettez en avant le fait que vous vous plaisez dans l’entreprise, que vous vous entendez bien avec vos collègues, et que vous aimez votre travail.

Prouver votre motivation est très important pour votre employeur., et pour votre recruteur (cela fait partie des secrets des recruteurs !)

Il a en effet besoin d’être rassuré, car pour lui signer un CDI est plus contraignant que signer un CDD.

Donc rassurez-le sur le fait que vous faire passer d’un CDD à un CDI, ne présente aucun risque pour lui et pour son entreprise.

Aussi, vous pouvez jouer sur un autre argument pour le persuader de vous garder, mais en CDI cette fois : montrez-lui que vous vous êtes renseigné sur le côté légal. Expliquez-lui tout ce que vous savez sur les CDD :

1/ Vous ne pouvez signer que 2 CDD maximum, à compter du 3e CDD, vous pouvez réclamer une requalification en CDI.

2/ Tous les contrats mis bout à bout ne doivent pas excéder 18 mois.

3/ Vous savez que vous pouvez signer autant de CDD que nécessaire s’il s’agit de remplacer un salarié absent (congé maternité par exemple).

Bonus : pour un poste à pourvoir urgemment, vous pouvez utiliser le très bon argument suivant : pour vous garder au même poste en CDD, votre patron doit attendre 14 jours avant de vous reprendre, alors qu’il pourrait vous passer immédiatement en CDI et vous garder.

A-t-il vraiment deux semaines à perdre ?

4. Une période d’essai pas forcément obligatoire pour passer d’un CDD à un CDI.

Quand vous signez un CDI, et avant de bénéficier des avantages de la sécurité de l’emploi, vous devez souvent passer par une période d’essai.

Pendant cette période d’essai, votre employeur peut rompre votre CDI, sans que vous n’ayez commis de faute grave ou sérieuse.

Cette période dure 2 mois pour les employés, 3 mois pour les techniciens, 4 mois pour les cadres, et est renouvelable une fois.

Vous êtes donc dans une situation d’incertitude pendant cette phase, qui peut durer jusqu’à huit mois.

Mais ne vous inquiétez pas, si votre CDD se transforme en CDI, la durée du CDD doit être déduite de la possible période d’essai prévue pour le CDI.

Si la période d’essai fixée est de 4 mois et si vous avez effectué un CDD de 3 mois avant, votre période d’essai ne sera légalement que d’un mois.

Encore mieux, si votre CDD a duré plus de 4 mois, la période d’essai pour le CDI est complètement supprimée.

Cependant, la déduction de la période d’essai n’est valable que sur le même poste. Par exemple, si le poste en CDI est différent de celui que vous occupiez en CDD (car il exige des compétences différentes), retour à la case départ, vous devrez faire votre période d’essai dans son intégralité.

(Relisez notre article pour réussir la période d’essai).

5/ Prime de précarité ou CDI direct ?

Si vous êtes en CDD, vous savez que vous avez droit à une prime de précarité à la fin de votre contrat.

La prime de précarité est une rémunération bonus, qui est due à la fin d’un CDD et qui correspond le plus souvent à 10 % de la rémunération totale du contrat.

Elle permet de compenser la précarité du CDD.

Cependant, si vous réussissez à transformer votre CDD en CDI (pour le même poste) avant l’issue de votre contrat, vous n’aurez plus le droit à cette prime. Néanmoins, si votre employeur vous propose un CDI seulement après la fin de votre CDD, il devra vous verser la prime de précarité.

 Vous avez désormais les cartes en main pour bien négocier votre passage du CDD au CDI !

PS : n’oubliez pas de relire notre guide pour ne pas stresser pendant votre entretien d’embauche.