Dans les nouvelles

Retour au travail : comment préparer l’après-confinement ?

travail apres confinement

« Dès qu’il nous a été demandé de nous confiner, il a fallu penser au déconfinement », Stéphane Distinguin, fondateur et CEO de Fabernovel Group.

En première ligne pour faire face à cette crise sanitaire sans précédent, les DRH et chefs d’entreprises ont été contraints de mettre en place un certain nombre de mesures : télétravail, chômage partiel, dispositifs de communication interne, négociation d’accords pour imposer à certains collaborateurs de prendre leurs congés payés…

Fort de ces premiers constats, beaucoup de candidats et de salariés ont découvert une nouvelle facette de l’univers professionnel, qu’il s’agisse de leur propre entreprise ou de celles dans lesquelles ils envisageaient de postuler.

La gestion de la crise par les patrons de sociétés a d’ores et déjà un impact sur le ressenti des actifs français, comme le souligne la dernière étude menée par HelloWork auprès de plus de 1000 individus.

En effet, un tiers des sondés déclare que la crise est actuellement mal gérée par leur employeur. De la même manière, seul 1 salarié sur 5 estime que la mise en place du télétravail a été “très bien gérée” au sein de leur organisation.

Par ailleurs, l’enquête révèle qu’un salarié sur deux a répondu à au moins une offre d’emploi pendant le confinement.

En tant que candidat ou salarié, il n’est pas évident de trouver la bonne posture à adopter sur un marché du travail quelque peu chamboulé. A quelques jours du 11 mai et du déconfinement progressif proposé par le Gouvernement, nous vous livrons ici quelques ressources pour vous accompagner au mieux dans cette période transitoire.

______________________________________________________________________________________

Découvrez aussi :
Recherche d’emploi et confinement – Etat des lieux et conseils
______________________________________________________________________________________

L’objectif zéro risque

Publié dimanche dernier par le Ministère du Travail, le protocole national de déconfinement pour les entreprises pour assurer la santé et la sécurité des salariés précise la manière dont les entreprises devront gérer la sortie de crise sur le plan sanitaire.

De différentes situations de travail à la distanciation sociale, en passant par les fameux gestes barrières, le document passe en revue l’ensemble des règles qui s’imposeront dès le 11 mai aux employeurs.

Pour Claire Guillemain d’Echon, responsable du marketing RH chez Groupama, « l’employeur doit veiller à la santé et la sécurité de ses employés ».

Salarié d’un grand groupe bancaire, Geoffrey fait le même constat, tout en soulevant le cas particulier de son entreprise :

« Nous partageons notre cantine avec une autre entreprise et les RH doivent donc s’organiser pour nous accueillir au mieux. La période de confinement est propice à mettre en œuvre ce dispositif de sécurité, et tant que les conditions ne sont pas toutes réunies pour une sécurité parfaite des salariés, chacun continuera à télétravailler. ».

Dans le moindre doute quant à un éventuel retour au bureau le 11 mai, n’hésitez pas à contacter votre manager.

Une distance réglementaire d’un mètre

Si votre entreprise souhaite vous faire revenir tout comme vos collègues à partir du 11 mai, elle doit absolument prévoir la mise en place d’un espace minimum de 4 mètres carrés par salarié. Cela implique notamment d’organiser une gestion des flux et sens de circulation pour éviter que les gens ne se croisent.

« Pour que nos salariés puissent respecter ces règles, nous avons mis en place un dispositif spécifique de circulation. Une rampe pour monter, une rampe pour descendre, un sens d’entrée et un sens de sortie. » nous informe Alexia Vigneau, DRH de la société Fabernovel.

Ayant anticipé le déconfinement il y a déjà plusieurs semaines, l’entreprise va même beaucoup plus loin. « Sur la semaine du 11 mai, seules quelques rares personnes seront autorisées à pénétrer dans nos locaux. Pour garantir la sécurité de nos collaborateurs, nous avons mis en place un système de poignées de portes qui s’ouvrent avec le coude ainsi qu’une signalétique bien spécifique. ».

Et gare aux contrevenants qui s’aventureraient à plusieurs dans l’ascenseur !

La mise à disposition de masques aux salariés

« Lorsque, et seulement lorsque, certaines situations comportent un risque non maîtrisable de rupture accidentelle de cette distanciation, des mesures complémentaires comme le port du masque « grand public » sont à mettre en place. » précise le Gouvernement à travers le protocole.

En anticipation du non-respect ou de l’impossibilité de respecter ces règles de distanciation sociale, beaucoup d’entreprises qui réouvriront le 11 mai ont fait le choix de fournir gratuitement des masques à leurs salariés.

« En complément des équipements de type lingettes, savons et gel hydroalcoolique, nous allons mettre des masques à disposition de chaque salarié. Ces masques devront notamment être obligatoirement portés par les salariés dans le cadre de réunions exceptionnelles. » ajoute Alexia Vigneau.

L’organisation des horaires de travail

Afin d’éviter que les employés ne se croisent, le protocole précise qu’il est nécessaire de mettre en place un sens unique de circulation, et ce dans l’ensemble des espaces de type ateliers, couloirs et escaliers.

Il est par ailleurs conseillé de rendre lisible un marquage au sol, tout comme une réorganisation des horaires de travail pour éviter les arrivées trop nombreuses.

Là encore, n’hésitez pas à demander à votre manager ce que votre entreprise a prévu de mettre en place si l’information n’a pas été transmise.

La désinfection des locaux et leur aération plusieurs fois par jour

Chance que le protocole n’ait pas été publié en plein hiver rugueux, l’une de ses mesures (logique s’il en est) consiste à aérer les locaux sur des périodes de 15 minutes, trois fois par jour.

Aussi, les bureaux et leurs poignées de portes devront être désinfectés tous les jours, sans oublier les interrupteurs et les rampes d’escalier.

Si vous étiez pressé de retrouver votre ambiance de travail habituelle, il va falloir patienter encore un peu !

Une prise de température autorisée mais non imposée

Dernière mesure phare que prévoit le protocole de déconfinement, le sujet sensible de la prise de température. Considérée comme étant trop intrusive, elle ne pourra pas vous être imposée par votre employeur, tout comme les campagnes de dépistage du virus.

Le Ministère du Travail précise toutefois que chaque salarié est invité à prendre lui-même sa température en cas de sensation de fièvre, et plus généralement « d’auto-surveiller l’apparition de symptômes évocateurs de COVID-19 ».

Une prise de température non obligatoire mais fortement conseillée, certains employeurs l’avaient bien anticipé. « Pour garantir une sécurité optimale de nos collaborateurs, nous avons mis à leur disposition un thermomètre infrarouge sans contact » ajoute Alexia Vigneau de la société Fabernovel.

Concernant cette mesure particulière, le Gouvernement en appelle une nouvelle fois à la responsabilité de chacun.

Les 7 conseils pour un déconfinement réussi selon Feu Vert

« Aujourd’hui, le déconfinement approche et notre préoccupation est avant tout d’assurer, sans compromis, la sécurité sanitaire de nos collaborateurs ainsi que celle de nos clients. » indique Morgane Chuzeville, chargée de mission RH chez Feu Vert.

Cette professionnelle des ressources humaines précise que la réouverture des sites Feu Vert sera progressive, leur permettant d’adapter leur environnement de travail en mettant en place les mesures organisationnelles et de protection individuelles indispensables.

Voici les 7 conseils de Morgane Chuzeville pour un après-confinement réussi :

  • Ne pas stresser et rester positif
  • Rester en télétravail le plus possible
  • Garder le lien avec ses collègues
  • Se lancer de nouveaux défis professionnels
  • Avoir en tête les mesures barrières et d’hygiènes
  • Prendre soin de soi et des autres
  • Penser aux distanciations sociales

Une écoute attentive des managers

Nous aurions espéré que cette mesure fasse partie du protocole de confinement édité par le Ministère, mais celui-ci ne s’entend que dans le cadre strict du risque sanitaire.

Aussi, un certain nombre d’entreprises recommandent à leurs managers de proposer une cellule d’écoute, pour ne pas dire psychologique, à leurs collaborateurs.

« Il faut que les managers prennent le temps de faire parler chaque personne dans leur équipe sur leur expérience du confinement et verbaliser ce qui doit l’être, d’autant que le confinement dure pour la majorité des travailleurs parisiens, avec également l’école à la maison. » précise Claire Guillemain d’Echon, responsable du marketing RH chez Groupama.

Il est clair que, comme nous l’évoquions au début de cet article, la crise sanitaire a pu quelque peu bouleverser le quotidien des salariés français. « Cette situation inédite crée des vécus personnels à chacun, qui doivent être exprimés. Cela permettra aussi de renforcer l’engagement des collaborateurs et leur sentiment d’appartenance à un collectif. » ajoute Claire Guillemain d’Echon.

Geoffrey, salarié d’un grand groupe bancaire de conclure enfin : « Nous avons reçu un questionnaire pour sonder comment se passait le confinement pour chacun d’entre nous, physiquement et psychologiquement. Cette communication m’a permis de me sentir accompagné tout au long de la période et d’aborder le déconfinement plus sereinement. »

Sérénité, c’est effectivement le maître-mot qui doit prévaloir à cette période de transition. C’est en tout cas la qualité que nous vous souhaitons d’adopter dans votre retour à l’emploi. Les ressources mises en place sur Glassdoor sont là pour vous y aider.