Conseils de carrière

Partir travailler à l’étranger – Tout ce qu’il faut savoir

travailler a l etranger

« Sortir de sa zone de confort, c’est tout l’enjeu de l’expérience à l’étranger qui permet de grandir » – Mathis Haccoun, Talent Acquisition Manager chez L’Oréal Italia

Si, comme le révèle la dernière enquête Epoka sur la vision de l’emploi des 18-30 ans, vous faites partie des plus de 50% d’étudiants et jeunes diplômés intéressés par une carrière à dimension internationale, vous êtes ici au bon endroit !

V.I.E, contrat d’expatriation, stage à l’étranger, séjour linguistique ou autre fruit picking… Les occasions de vivre une expérience enrichissante hors de l’hexagone sont multiples.

Partir à l’étranger, « c’est l’occasion de grandir, murir, rencontrer des gens du monde entier, et créer des amitiés et relations indéfectibles » témoigne Océane qui a suivi un stage EF Education First à Malte pendant 6 mois. « C’est le moyen de s’ouvrir au monde et aux autres, de s’évader pendant quelques temps et de réfléchir à sa vie ! », précise-t-elle encore.

Que votre motivation soit la recherche d’exotisme, l’obtention pure et simple de votre diplôme ou de prendre un aller simple pour le Nicaragua, nous allons vous révéler ici tout un tas d’informations utiles pour que votre expérience d’apprentissage ou de travail à l’étranger soit réussie.

Objectif : vivre une expérience aussi plaisante qu’enrichissante.

Cet article vous révélera :

  • Pourquoi vivre une expérience à l’étranger ?
  • La checklist indispensable pour préparer votre départ
  • Quelles sont les attentes des entreprises et les qualités à développer pour partir
  • Les entreprises et destinations qui recrutent le plus
  • Les conseils de professionnels pour optimiser ses chances d’être recruté à l’étranger
  • Comment trouver un emploi à l’étranger ?

 Bienvenue à bord !

partir travailler à l'étranger

Pourquoi vivre une expérience à l’étranger ?

« D’un point de vue professionnel, une expérience à l’étranger apporte énormément. C’est une occasion unique de démontrer ses capacités d’adaptation à une culture et des manières de travailler différentes des nôtres. Cela permet aussi d’apprendre à évoluer dans plusieurs langues. » Ces deux phrases de Vincent Posnic, Responsable du Pôle Grands Comptes au Département V.I.E chez Business France, révèlent à elles seules le principal enjeu d’une expérience de travail à l’étranger : la culture.

Au même titre que lorsque l’on prépare un voyage autour du monde, partir travailler à l’étranger nous pousse à sortir de notre zone de confort, à revoir nos certitudes et nos préjugés en nous exposant à d’autres univers professionnels, d’autres façons de travailler, d’autres visions de la vie de bureau.

Si en France, la culture du présentiel fait que quitter son poste de travail avant une certaine heure est assez mal perçu, ce n’est pas le cas dans d’autres pays comme l’Australie ou les Pays-Bas. Dans ces pays, rester plus tard que prévu peut même révéler un manque d’efficacité de votre part. Il suffit parfois de passer la frontière pour que le choc culturel s’opère.

« J’ai beaucoup gagné en autonomie et en maturité durant ces 7 mois à l’étranger. Je suis aussi plus sociable et ouverte qu’avant. Et puis j’ai pris goût aux voyages. » – Lou-Ann – EF Boston, durée du séjour : 6 mois.

Quel que soit le type d’expérience professionnelle que vous vivrez à l’étranger, il y a de fortes chances que vous gagniez en assurance. « Les V.I.E se voient souvent confier des missions à responsabilités leur permettant d’acquérir de nouvelles compétences sur leur métier et de faire leurs preuves. C’est donc un vrai plus sur un CV, très bien valorisé par les recruteurs. D’ailleurs plus de 90% des V.I.E ont un emploi à l’issue de leur mission. », précise Vincent Posnic. Motivant, non ?

Attention cependant à bien faire la part des choses entre ce qui relève des sphères personnelle et professionnelle.

Certes, il serait dommage de ne pas profiter personnellement de ce voyage stimulant (culture, tourisme, rencontres, dépaysement…). Mais il faut bien garder en tête qu’une fois au bureau, vos photos de la Grande Muraille, de la Tour de Pise ou d’Uluru doivent rester dans votre smartphone.

Pour reprendre le propos de Mathis Haccoun, Talent Acquisition Manager chez L’Oréal Italia, l’expérience de travail à l’étranger ne doit pas être assimilée à un « Erasmus du boulot ».

______________________________________________________________________________________

Vous aimerez aussi :

Travailler à distance : 10 métiers qui permettent de voyager et gagner plus de 3000€/mois
______________________________________________________________________________________

La checklist indispensable pour partir travailler à l’étranger

Examen, entretien d’embauche, premier rendez-vous client… À chaque étape de la vie son lot de choses à préparer, et comme toute autre occasion importante, partir travailler à l’étranger ne s’improvise pas.

Vous l’aurez compris, on ne dresse pas cette checklist comme on ferait sa liste de courses… Sauf à anticiper le manque de produits français dans le pays concerné, fromage en tête.

Céline Arguairolles, Recruitment & Development Manager chez EF Education First, nous livre ses conseils avisés :

« Bien sûr, vous devez avoir vos papiers d’identité (Carte Nationale d’Identité et Passeport) à jour, vos cartes de crédits (pensez à prévenir votre banquier) et des espèces en monnaie locale, vos billets d’avion, votre visa (selon le pays), mais aussi une couverture d’assurance voyage, essentielle surtout pour certains pays comme les États-Unis.

Nous vous conseillons d’avoir des copies numériques et imprimées de tous vos documents importants.

Si vous prenez régulièrement des médicaments sur ordonnance, prévoyez-en d’avance. N’oubliez pas également l’adaptateur pour les prises.

Bon plan ? Sous louer son appartement pendant toute la durée à l’étranger légalement avec notre partenaire Smartrenting ! ».

À bon entendeur.

Nous avons posé la même question à un autre expert, Vincent Posnic, Responsable du Pôle Grands Comptes au Département V.I.E chez Business France, structure en charge notamment du programme V.I.E (Volontariat International en Entreprise).

« Avant toute chose, il me semble primordial de se documenter sur le pays (spécificités du pays, données économiques, coût de la vie, culture, us et coutumes, etc.) et essayer de se projeter pour s’assurer qu’on est prêt et qu’on a réellement envie de s’intégrer dans cet environnement.

Le milieu professionnel est à considérer bien sûr mais il ne faut pas non plus négliger l’environnement personnel qui sera aussi la clé d’une expérience à l’étranger réussie.

Avant le départ, il convient de s’assurer d’être à jour avec l’ensemble des formalités administratives et de santé : passeport valide pour la durée du séjour, demande de visa/titre de séjour selon le pays, souscription à une couverture sociale/assurance rapatriement (intégrée dans le cadre d’un V.I.E), vaccins à jour. Il est utile également de souscrire à une carte bancaire adaptée aux paiements/retraits à l’international (de nombreuses banques proposent des offres spécifiques).

Il faut prévoir également l’organisation éventuelle d’un déménagement et la recherche d’un logement sur place. La réservation d’un logement provisoire à l’arrivée (hôtel ou location de courte durée) permettra de découvrir l’environnement local et peut faciliter la signature du bail en étant directement sur place. »

Vous voilà donc parés pour une riche expérience professionnelle à l’étranger.

Quelques points de vigilance enfin, comme le souligne Mathis Haccoun, Talent Acquisition Manager chez L’Oréal Italia. S’installer à l’étranger pour une durée plus ou moins longue fait que vous allez devoir renoncer à de nombreux aspects qui pourraient être importants pour vous : amis, famille, relation de couple ou autres attaches sentimentales.

« On se rend compte alors de ce que partir implique en termes de résilience. On part pour le meilleur comme pour le pire ! » ajoute Mathis Haccoun.

Posez-vous et réfléchissez bien à ce que cette expérience, aussi riche de sens soit-elle, impliquera pour vous. Comme on dit, choisir c’est renoncer !

comment trouver du travail à l etranger

Quelles sont les attentes des entreprises et principales qualités à avoir pour partir à l’étranger ?

Nous parlons très régulièrement sur ce blog de soft skills, les compétences comportementales qui vous permettent de vous différencier d’autres candidats. À l’étranger comme en France, vos qualités resteront très prisées des recruteurs. N’hésitez donc pas à les valoriser dans vos recherches !

Pour Mathis Haccoun, le potentiel d’un candidat souhaitant vivre une expérience professionnelle à l’étranger peut se définir selon trois critères :

  • Sa capacité à bouger d’une ligne à l’autre
  • Sa capacité à changer de métier
  • Celle de pouvoir changer de pays

L’humilité, la capacité d’adaptation, le fait de pouvoir s’adapter au champ lexical de son entreprise et le sens des responsabilités sont également des qualités fortes et très prisées d’entreprises comme L’Oréal. Le nouvel arrivant devra également accepter d’être « moins performant qu’un local au début » nous précise Mathis Haccoun.

L’expérience se gagne sur la durée, avec un temps d’adaptation plus ou moins long.

« Les entreprises vont bien entendu rechercher des candidats possédant les compétences attendues pour la mission proposée. Les expériences à l’étranger (stages, études) seront valorisées. La maîtrise de l’anglais est souvent indispensable et un bon niveau dans la langue locale sera également un atout complémentaire, voire un prérequis dans certains pays. » ajoute Vincent Posnic.

« Au-delà des compétences techniques, les entreprises seront attentives aux soft skills : les attentes varient selon le poste recherché, on va retrouver par exemple l’autonomie, la capacité d’adaptation, la curiosité, la proactivité ou encore le sens du collectif. » nous confirme-t-il.

Avant de postuler, il est donc important de se renseigner sur les attentes spécifiques de l’entreprise en termes de compétences.

Pour qu’une expérience à l’étranger soit réussie, Vincent Posnic précise enfin qu’il est important de faire preuve de curiosité, d’être ouvert à l’égard des autres et d’avoir envie de découvrir un nouveau pays avec une culture différente.

« Vivre à l’étranger requiert également une capacité d’adaptation à des environnements nouveaux : changement de lieu de vie, environnement et rythme de travail différent, législation locale différente, etc. » ajoute-t-il. Puis de conclure qu’il est « essentiel d’être autonome pour pouvoir se débrouiller en toute circonstance » et que « la maîtrise de la langue facilitera l’intégration dans le pays, surtout au début. ».

Quelques cours de langue en amont du départ pourraient s’avérer utiles pour les candidats moins à l’aise.

Les entreprises et destinations qui recrutent le plus à l’étranger

Checklist, attentes et compétences validées, il ne vous reste plus qu’à identifier LA destination qui vous permettra de vivre la plus belle expérience professionnelle possible hors de l’hexagone.

Le monde est vaste, aussi vaste que les opportunités qui s’offrent à vous. Encore faut-il cibler les destinations qui recrutent le plus pour optimiser vos chances de partir.

Vincent Posnic de Business France nous livre ici les 10 premiers pays d’affectation des V.I.E dans le monde :

  1. Belgique
  2. États-Unis
  3. Allemagne
  4. Royaume-Uni
  5. Canada
  6. Espagne
  7. Chine/Hong-Kong
  8. Luxembourg
  9. Italie
  10. Singapour

Trouvez un emploi en Belgique

HVAC/DDC Technician
PAE
Belgium
23 hours ago 23h
Customer Service medewerker
Allianz
Brussels
21 days ago 21d
Business Analyst
ARCADIS Belgium
Ghent
20 days ago 20d

En creusant un peu, on constate que la moitié des V.I.E sont en fait affectés en Europe et l’autre moitié dans le reste du monde.

« Début 2020, plus de 10 000 V.I.E étaient en poste pour le compte de près de 2 000 entreprises. » précise Vincent Posnic, avant de nous donner les secteurs d’activité qui embauchent le plus sous ce statut particulier :

  1. Banque/finance
  2. Technologies de l’Information et de la Communication
  3. Services
  4. Santé
  5. Agroalimentaire
  6. Transport

À noter également que deux-tiers des entreprises sont des PME qui recherchent un ou plusieurs talents pour développer leur business à l’export. « Les grandes entreprises, souvent déjà bien implantées à l’international, font naturellement appel à plusieurs V.I.E qui interviennent en renfort à l’activité de leurs filiales à l’étranger. » conclue Vincent Posnic.

Côté stages linguistiques chez EF Education First, quelques destinations se démarquent tout particulièrement. C’est notamment le cas des campus internationaux de langues de San Diego, Miami, Malte ou encore Honolulu.

On sent l’envie de partir monter en vous, n’est-ce pas ?

Avec une force de conviction qui incitera probablement nombre d’entre vous à faire ses valises, Céline Arguairolles, Recruitment & Development Manager chez EF ajoute :

« Nos étudiants s’apprêtent à vivre une expérience qui va changer leur vie. En plus de découvrir une nouvelle région du monde et d’apprendre une nouvelle langue, c’est une véritable expérience humaine où nos apprenants reviennent grandis et riches d’un réseau international et d’amitiés pour la vie ! ».

Vérifiez bien le clac en verrouillant votre valise.

Comment trouver un emploi à l’étranger ?

Pour trouver une offre d’emploi à l’étranger facilement, créez des alertes sur Glassdoor (bouton « Alerte d’emploi » sur la page dédiée aux offres). Etats-Unis, Italie, Singapour… des employeurs partout dans le monde publient des offres d’emploi sur Glassdoor.

Si vous souhaitez rechercher directement via le site Glassdoor du pays qui vous intéresse, il vous suffit de changer le domaine en vous rendant tout en bas d’une page Glassdoor et de sélectionner le pays dans la liste déroulante.

Vous recevez une alerte d’emploi à l’étranger ? Soyez réactif ! Sur le marché du travail comme ailleurs, la règle du « premier arrivé, premier servi » fonctionne. Les meilleures opportunités seront évidemment les plus prisées, ce qui rend la qualité de votre candidature essentielle.

Pour être sûr de choisir la meilleure entreprise, nous vous recommandons aussi d’utiliser notre outil de découverte d’entreprises que vous pourrez filtrer en fonction de la note attribuée par les employés à leur entreprise, ainsi bien sûr que du lieu, mais aussi du secteur ou encore du nombre d’employés.

En résumé

Si vous êtes arrivé à ce niveau de lecture de l’article, vous disposez de toutes les cartes pour préparer sereinement votre départ à l’étranger.

Ayant conscience de vos compétences et des attentes des recruteurs, vous saurez les valoriser au mieux à travers votre candidature. N’hésitez pas à consulter les conseils de professionnels sur ce blog ou sur www.civiweb.com, le site dédié aux candidats à la recherche d’un volontariat international.

Votre checklist bien établie, il ne vous reste plus qu’à cocher les cases pour ne rien oublier. Plus votre organisation sera efficace, meilleure sera votre expérience. Il serait dommage de se voir refuser l’accès à votre vol faute de Passeport à jour !

« Il y a beaucoup à apprendre en partant à l’étranger, tant personnellement que professionnellement, n’ayez pas peur de partir et vivez vos rêves ! » conclue Anastasia, étudiante au sein d’EF Miami.

Et si l’anglais est encore un problème pour vous, Céline Arguairolles d’EF Education First nous livre un dernier conseil : « Toutes les formations chez EF Education First sont éligibles dans le cadre du CPF (Compte Personnel de Formation). ».

No more excuses.