Conseils et Témoignages

Comment se prémunir des manipulateurs au travail ?

Publié par Guillaume Coudert

Dernière mise à jour : January 12, 2021

Il est 8h, votre réveil sonne comme tous les matins. Vous n’êtes pas quelqu’un de particulièrement anxieux ou dépressif, et pourtant, vous ressentez ce matin-là une sorte de gêne dans la poitrine, une lourdeur, un poids. N’ayons pas peur des mots, il s’agit ni plus ni moins que de l’angoisse.

Difficile dans cette situation de vous lever du bon pied, et pour cause ! Votre nouvelle collègue fraichement débarquée dans l’entreprise vous mène la vie dure : remarques insidieuses et déplacées, dévalorisations, ironie, intimidation, culpabilisation, paroles dites dans votre dos auprès d’autres collègues, rétention d’information, mensonges… Votre nouvelle collègue semble rassembler toutes les caractéristiques de ce que l’on peut appeler une manipulatrice, prête à tout pour installer son emprise au sein de l’équipe.

Ceux que l’on appelle les pervers narcissiques ont le vent en poupe dans les livres et magazines de psychologie. Attention cependant à ne pas mettre trop rapidement tous vos collègues dans cette case : si nous avons tous déjà eu recours à la manipulation, tout le monde ne peut pas être taxé de manipulateur.

Dans cet article, vous découvrirez :

  • Comment reconnaître un manipulateur au travail
  • Quelles sont les principales cibles de manipulation
  • Comment réagir et déjouer leurs techniques
  • Ce que dit la loi
  • Des témoignages de personnes manipulées au travail

De quoi être parfaitement équipé pour que plus jamais personne ne vous empêche de vous lever du bon pied !

Comment reconnaître un manipulateur au travail ?

Avant toute chose, soyez rassuré : les manipulateurs ne représentent que 2 à 4% des individus. Comme le souligne Christel Petitcollin dans son ouvrage « Pourquoi trop penser rend manipulable », c’est à la fois peu et beaucoup.

C’est en effet peu comparé à la population générale, mais beaucoup lorsqu’on connait les ravages qu’un manipulateur peut occasionner dans son entourage. A noter que, pour plus de simplicité, on utilisera ici le terme générique de manipulateur au masculin, même si Christel Petitcollin nous met en garde, « les manipulatrices sont aussi nombreuses que les manipulateurs ! Et elles sont tout aussi redoutables et parfois bien plus sournoises, donc moins détectables. ». Il est important de rétablir cette mixité, la règle grammaticale qui veut que le masculin l’emporte sur le féminin mettant trop souvent sur la touche de nombreux hommes victimes eux aussi de manipulation au travail.

Qu’est-ce qui différencie donc la manipulation commune et pratiquée par tous de celle que l’on pourrait qualifier de structurelle ?

« Toute communication est influence. Cela devient de la manipulation quand on a l’intention de nuire à quelqu’un. » explique Carine Deville, qui accompagne les dirigeants de PME à l’autonomisation de leurs équipes.

En résumé, pour un manipulateur pervers, il s’agit d’un mode de fonctionnement, de quelque-chose de structurel qu’il ne pourra jamais changer. Dans le cas de manipulations non perverses, cela peut plus simplement provenir de situations particulières, de peur par exemple, incitant à une réaction inadaptée et non authentique apparentée à de la manipulation. Le mode de communication devient alors tout aussi toxique. « On a des managers qui managent mal sans pour autant être manipulateurs » ajoute Nancy Destefanis Dupin, juriste et consultante en organisation.

Vous l’aurez compris, avec les premiers, il n’y a pas grand-chose à faire, si ce n’est les éviter tant que possible. Avec les seconds, un travail de communication et de rétablissement du lien de confiance permet dans la plupart des cas de revenir à une relation saine.

En entreprise, le manipulateur « professionnel » va utiliser le mode de fonctionnement dans lequel il excelle pour déceler les failles de l’autre. Cela va ensuite lui permettre par exemple de gagner les louanges de la direction, une augmentation, une promotion…

Comme le souligne Nancy Destefanis Dupin, ces agissements paraissent normaux car les organisations normalisent la relation de compétition et le rapport de force. La principale difficulté réside alors dans le fait :

  1. d’en prendre conscience
  2. de savoir à qui se confier
  3. de sortir de la position de victime

Dans certaines situations, le dirigeant va volontairement recruter ce que l’on pourrait appeler des clones, lesquels ne vont jamais aspirer à prendre le pouvoir. Notre manipulateur peut ainsi librement assouvir une domination, plus ou moins destructrice. « Le travail est ni plus ni moins que le terrain de règlement de complexes d’infériorité, de supériorité, de blessures personnelles. » affirme Nancy Destefanis Dupin.

Avant de découvrir comment déjouer les techniques manipulatoires, voyons quelles sont les cibles privilégiées du manipulateur.

Quelles sont les cibles privilégiées du manipulateur au travail ?

Mettons fin à une idée reçue : celle qui voudrait que certains ne seraient jamais victimes de manipulation.

La règle : tout le monde peut être un jour ou l’autre victime de manipulation ou de harcèlement au travail, pour la simple et bonne raison que l’on rencontre tous des périodes de doutes dans notre vie qui nous rendent vulnérables. « Perte d’emploi ou autre événement de la vie peuvent perturber l’estime de soi. » nous alerte à juste titre Carine Deville. Et qui dit doute dit terrain de jeu privilégié du manipulateur.

Dans son livre « Pourquoi trop penser rend manipulable », Christel Petitcollin nous éclaire sur le fait que douter, se questionner et globalement trop penser est synonyme d’intelligence. En plus de nous épuiser, trop douter nous rend plus vulnérables encore aux manipulateurs qui vont prendre un malin plaisir à semer la pagaille dans cette structure complexe. On connait tous l’expression « se faire des nœuds au cerveau ». Et bien le manipulateur n’est ni plus ni moins qu’un sac de nœuds ambulant voué à vous faire perdre toute liberté, tout raisonnement logique, toute estime de vous.

Dans les entreprises, c’est pareil ! Nancy Destefanis Dupin précise que plus la structure d’une entreprise est complexe et sans règles précises, plus la manipulation peut s’installer facilement.

Voyons maintenant comment réagir au mieux dans ce contexte.

contrer manipulateur travail

Comment réagir et déjouer les techniques de manipulation au travail ?

Christel Petitcollin nous éclaire dans ses ouvrages sur le parcours du manipulateur, de sa plus tendre enfance à l’âge adulte. Comprendre son fonctionnement, c’est déjà un énorme pas de fait pour éviter de subir son emprise. Et l’auteure ne mâche pas ses mots en précisant que si être adulte, c’est avoir le sens des responsabilités et considérer l’autre comme une personne, le manipulateur fonctionne à l’exact opposé de cela.

De par de graves manquements dans son éducation, lui n’a pas eu la possibilité dans son évolution de gérer ses frustrations et de prendre ses responsabilités. Tout lui est dû, et l’autre est considéré ni plus ni moins que comme un objet, et non comme un sujet à part entière.

Ce non-passage à une structure d’adulte est la raison pour laquelle il se comporte avec ses semblables comme un éternel enfant : caprices lorsqu’on lui refuse quelque-chose, taper du point sur la table, parler plus fort que tout le monde, ne jamais s’excuser, considérer que c’est toujours la faute de l’autre, chercher à intimider, sentiment de toute puissance, pousser l’autre à bout et s’en amuser… La liste est longue pour décrire le comportement de ce que Christel Petitcollin appelle un « caïd de cours de récréation ».

Gardez bien en tête qu’aussi triste soit ce constat, ce n’est pas à vous de refaire l’éducation du manipulateur qui, de nouveau, ne changera pas. Toute son énergie restera déployée à vous manipuler puisqu’il s’agit de sa seule source de satisfaction : celle d’exercer un pouvoir sur l’autre.

Mais en tant qu’adulte, vous êtes en droit d’exiger que chacun prenne ses responsabilités.

N’acceptez pas de prendre sur vos épaules ce pour quoi vous n’êtes pas responsable.

Voici une liste non exhaustive de 10 conseils à suivre pour se prémunir d’un manipulateur :

  1. S’assurer d’être le moins souvent possible seul avec le manipulateur, mais en présence d’autres personnes qui pourraient être des témoins éventuels.
  2. Chaque fois qu’un comportement inadapté survient, le noter sur une feuille de papier de manière à prendre du recul. Refuser d’entrer dans le conflit et proposer de reprendre la discussion lorsque la personne se sera calmée.
  3. Lister ses émotions ressenties à son contact : peur, angoisse, culpabilité… Vos émotions sont des warnings qui témoignent d’une situation dangereuse qui ne peut plus durer.
  4. Garder autant que possible son sens de l’humour pour montrer que ce qui est dit ne vous affecte pas. Le manipulateur a HORREUR de votre bonheur, et il redoublera d’effort pour vous maintenir sous emprise, rendant ses méthodes d’autant plus visibles de vos autres collègues.
  5. Pousser la personne plus loin dans ce qu’elle insinue pour clarifier les choses et la mettre devant ses responsabilités : « Donc tu insinues que j’ai volontairement égaré tes papiers pour te faire du tort ? » ou « Tu sous-entends donc que je fais mal mon travail ? ».
  6. Demander à ce que les responsabilités de chacun soient clarifiées lorsqu’un doute subsiste, et refuser d’avancer sur un dossier tant que ces responsabilités ne sont pas clairement établies. Cela vous prémunira de tout reproche injustifié.
  7. Développer son assertivité et apprendre à dire « non ». S’affirmer pour se faire respecter.
  8. Reformuler autant que possible ce qui est dit, pour ne laisser aucun doute subsister.
  9. Exiger que ce qui est dit soit également consigné par écrit (mail, post-it, sms…) de manière à conserver des preuves. Ne pas hésiter à ajouter d’autres personnes en copie de mail.
  10. Garder le contact avec ses collègues. Le manipulateur n’a jamais qu’une seule victime, de peur qu’elle ne lui échappe, lui faisant perdre toute raison d’être.

Ultime conseil : se faire aider, sortir de l’isolement et ne pas avoir peur de dire qu’on est en difficulté. Le manipulateur jouant un double-jeu, votre entourage de confiance ne se rend pas forcément compte de ce qui se déroule en arrière-plan. Il n’y a aucune honte à être en difficulté !

Si vous êtes actuellement face à cette situation, il sera d’autant plus utile de vous faire accompagner. Pourquoi ?

Parce que si cette relation toxique fonctionne, c’est que vous y contribuez malgré vous. Le jour où vous cesserez de renvoyer la balle, le jeu s’arrêtera. Il est toujours intéressant de savoir quelle faille vous avez laissée ouverte pour que le manipulateur puisse s’immiscer.

Vous apprendrez certainement qu’il est nécessaire de travailler son estime de soi pour qu’ayant conscience de votre valeur, vous ne laissiez personne la bafouer.

« Quand on ne donne plus à manger au manipulateur, il se tarit. Il faut agir le plus tôt possible pour ne pas entrer dans un engrenage. » résume Carine Deville.

Nancy Destefanis Dupin précise à ton tour la nécessité de « sortir du jeu pour rentrer dans le je ».

A ce stade de la lecture, vous devriez être déjà bien équipé. Voyons maintenant ce que dit la loi.

Que dit la loi au sujet de la manipulation au travail ?

En matière de manipulation et de harcèlement au travail, la loi vous protège. Encore faut-il la connaitre ! Dans les faits, chaque employeur est tenu responsable de la sécurité de ses salariés, physique et mentale.

Nancy Destefanis Dupin, juriste et consultante en organisation, nous explique tout :

« Le principe est posé par le Code du Travail : aucun salarié, aucune personne en formation ou en stage ne peut être sanctionnée, licenciée ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération, de formation, de reclassement, d’affectation, de qualification, de classification, de promotion professionnelle, de mutation ou de renouvellement de contrat pour avoir subi ou refusé de subir des agissements répétés de harcèlement moral ou pour avoir témoigné de tels agissements ou les avoir relatés.

Toute rupture du contrat de travail intervenue en méconnaissance de ces dispositions, toute disposition ou tout acte contraire est nul. Dans ce cas, lorsque le salarié ne demande pas la poursuite de son contrat de travail, ou que sa réintégration est impossible, les dispositions du code du travail (indemnisation du licenciement entaché de nullité) sont applicables.

Le salarié qui relate des faits de harcèlement moral ne peut être licencié pour ce motif, sauf mauvaise foi. Cette dernière ne peut résulter que de la connaissance par le salarié de la fausseté des faits qu’il dénonce ; elle ne peut, en revanche, résulter de la seule circonstance que les faits dénoncés ne sont pas établis.

Les salariés victimes de harcèlement moral peuvent intenter une action en justice auprès de la juridiction compétente selon qu’ils ressortent d’entreprises privées ou d’organisations publiques (Conseil de prud’hommes ou tribunal administratif) pour faire cesser ces agissements et demander réparation du préjudice subi. Le salarié présente des éléments de fait laissant supposer l’existence d’un harcèlement. Au vu de ces éléments, il incombe à la partie défenderesse de prouver que ces agissements ne sont pas constitutifs d’un tel harcèlement et que sa décision est justifiée par des éléments objectifs étrangers à tout harcèlement.

Le juge forme sa conviction après avoir ordonné, en cas de besoin, toutes les mesures d’instruction qu’il estime utiles.

Il est important de faire remarquer que les mêmes dispositions sont applicables aux candidats à un emploi, à un stage ou à une période de formation en entreprise victimes de harcèlement moral ou ayant fait l’objet d’une mesure discriminatoire pour avoir subi ou refusé de subir des agissements répétés de harcèlement moral ou pour avoir témoigné de tels agissements ou les avoir relatés.

Toute organisation syndicale représentative dans l’organisation, avec l’accord écrit du salarié, peut engager à sa place une action devant le Conseil de prud’hommes et se porter partie civile devant le juge pénal. Le salarié peut toujours intervenir à l’instance ainsi engagée et y mettre fin. »

En résumé

Vous savez désormais dresser le portrait-robot d’un manipulateur et agir de manière à mettre fin à toute relation toxique qu’il ou elle souhaiterait instaurer dans votre vie professionnelle.

Vous savez également qu’en complément de l’écoute bienveillante de votre entourage et de professionnels de santé, la loi permet de confronter les semeurs de troubles à ce qu’ils se refusent de porter : leurs responsabilités.

L’emprise, c’est ni plus ni moins que se laisser prendre au piège. Là où votre énergie est concentrée sur le fait de travailler, celle du manipulateur est dédiée à 100% à la manipulation.

On l’a vu, les personnes particulièrement intelligentes et dotées d’une certaine joie de vivre sont plus vulnérables que d’autres à la manipulation. Quelle que soit votre situation, il est toujours bon d’être équipé pour sortir (ou ne jamais entrer) dans ce type de relation malsaine… Au travail comme ailleurs !

Annexe : témoignages de personnes manipulées au travail

manipulation au travail

J’ai été harcelée au travail par ma responsable RH et mes deux responsables chargés d’affaires. Je suis en arrêt maladie depuis presque un an. J’ai quitté le site en ambulance et j’ai dû faire appel à un avocat, de manière à éviter tout contact direct. - Anna

Depuis plusieurs mois, je subissais des pressions dans mon travail. Cela passait par exemple par le refus de signer une note rédigée par mes soins ou le changement de modèle chaque jour, m'obligeant à travailler le weekend sans heures supplémentaires, et le refus de récupérer mes jours travaillés. Je viens d'être récemment dégradé de mon poste pour « incompétence ». J'ai envoyé deux courriers au Directeur Général et au Délégué du Personnel, mais aucun feedback. - Paul

J’ai été harcelée moralement par mon patron. « T’es con ou quoi ?! », « Va voir ces clients, dis leur 2-3 mots dans votre langue et un beau sourire », « Descends travailler dans la cave » … Je n’ai pas réagi, j’ai juste pris sur moi pour finalement démissionner. - Amélie

Ça a commencé avec des surnoms dévalorisants, puis le refus de promotions malgré de bons résultats, jusqu’à l’utilisation des ressources de la compagnie pour me faire partir. Tout cela a eu des répercussions sur ma santé. Je tiens à préciser que la médiation et le coaching m'ont bien aidé à me reconstruire. - Jacques

J’ai été victime de harcèlement professionnel, ce qui a engendré pour moi un burn-out. Après signalement à la médecine du travail et conseils auprès de juristes et de la DIRECCT, j’ai été licenciée pour inaptitude. Tout le monde m’a déconseillé d’attaquer mon employeur aux prud’hommes. Cela fait maintenant 4 ans. La reconstruction a été difficile et aujourd’hui encore je me sens responsable d’une situation dont j’ai été victime. - Corinne

J’ai subi du harcèlement moral en continu de juillet 2019 à septembre 2020 par un responsable d’équipe de mon service qui était en couple avec une intérimaire de mon service. On m’a promi une embauche et comme mon profil faisait de l’ombre à la petite amie du responsable, il a tout fait pour me pourrir le quotidien. Sa petite amie me demandait de faire son boulot à sa place. Il me privait des formations et missions auxquelles j’avais droit et cela sous protection de l’adjoint du chef d’agence. J’ai eu la chance qu’un responsable syndical soit présent plusieurs fois quand le harcèlement avait lieu. Il a mis en garde plusieurs fois la cheffe d’agence et l’adjoint mais rien n’a changé. J’ai baptisé mon premier arrêt de travail en 13 ans de carrière pro et j’ai postulé pour un cdi dans une autre entreprise et j’ai démissionné. - Alexandra

En revenant de mon congés maternité, je rencontre la nouvelle directrice de communication. Sa première phrase, je pense m'en souvenir toute ma vie : "On dit de moi que je suis quelqu'un de bienveillant.". Pendant 9 mois elle a été progressivement destructrice. Très subtile et habile, de sorte qu'aucun membre de l’équipe ne remarque ses attaques, paradoxalement systématiquement faites devant toute l'équipe, avec pour objectif de détruire ma confiance en moi sur le plan professionnel et de me rabaisser. Avant cette personne, j’ai eu la chance d’être managée par quelqu’un de formidable, qui savait tirer le meilleur de ses collaborateurs et les faire grandir. Je me suis dit que personne n’avait le droit de remettre en cause toute la confiance en moi que j’avais pu construire avec mon précédent manager. A partir de là, mon entreprise actuelle m’a contacté pour le poste que j’occupe actuellement, et les entretiens m’ont fait comprendre que l’équipe y était bien plus humaine. Ce sont ces 2 points forts qui m’ont permis de m’en sortir. Je pense qu’autrement cela aurait pu très mal se passer entre nous. - Alice

J’ai vécu une véritable torture psychologique durant un an où j’ai été plongé en dépression. Mon patron était un « pervers narcissique ». C’est le corps médical qui m’a sorti de l’enfer, notamment le psychiatre et le médecin du travail. J’ai ressenti un puissant sentiment de liberté à l’issue. - Tristan

Harcèlement par manager, burn-out, pression, mobilité dans le même Groupe vers une petite filiale ou j’ai subi un harcèlement moral de mes collaboratrices et un harcèlement sexuel. Je suis en arrêt maladie depuis 2 ans avec appui l’appui de professionnels pour reprendre confiance en moi. - Pauline

J’ai subi un harcèlement sexuel 10 jours après mon arrivée dans la société, donc en période d’essai. J’ai tenu le coup sans rien dire le temps que j’ai pu car prêt immobilier sur le dos et seule... Quand j’ai fini par craquer 8 mois après, j’ai appelé la médecine du travail qui a d’énoncé les actes. - Marie

Accueil du blogConseils et TémoignagesComment se prémunir des manipulateurs au travail ?