Conseils de carrière, Dans les nouvelles, Entretiens d'embauche, Salaires, Uncategorized

5 choses à ne pas dire lors de la négociation de salaire

Quand on vous pose la question tant redoutée de votre salaire actuel et du salaire désiré durant l’entretien, il est essentiel d’être bien préparé afin de ne pas vous dévaloriser. Mais au fait, qu’est ce qu’un bon salaire ? Faites le calcul ! Ayez en tête le salaire que vous souhaiteriez gagner, mais rappelez-vous aussi que le salaire est négociable. En général, l’offre initiale sert surtout de point de départ à la discussion.

Les entretiens vont dans les deux sens : l’entreprise évalue votre potentiel mais c’est aussi l’occasion pour vous de déterminer si l’opportunité d’emploi correspond bien à vos attentes. La façon dont vous répondrez à cette question sur le salaire peut vous aider à vous mettre dans une meilleure posture. Voici les 5 choses à faire – et à ne pas faire ! – lors de la négociation de votre salaire.

À NE PAS FAIRE : oublier de préparer la négociation en amont.

À FAIRE : avant l’entretien, faites des recherches sur les salaires proposés pour des postes équivalents au sein de l’entreprise, mais également dans le secteur. En plus des avis sur les entreprises et les entretiens d’embauche, Glassdoor compile des informations sur les salaires renseignées par les salariés de l’entreprise ou du secteur. Ces données vous seront précieuses pour déterminer le niveau de rémunération au sein d’une industrie, mais il vous faut également comprendre comment la rémunération peut varier en fonction des villes, de vos compétences et de votre expérience.

À NE PAS FAIRE : oublier de demander la tranche de salaire lors de l’entretien de présélection.

À FAIRE : si votre CV correspond au profil recherché, les Ressources Humaines vous appelleront pour évaluer votre motivation et répondre à des questions générales sur le poste et l’entreprise. C’est à ce moment-là qu’il est opportun de poser votre question sur la tranche de salaire budgétisé sur le poste, afin de vous assurer que vous et votre employeur potentiel êtes bien sur la même longueur d’onde.

À NE PAS FAIRE : indiquer votre salaire actuel quand le recruteur vous le demande.

À FAIRE : au début du processus du recrutement, mieux dévier la question et ne pas donner votre salaire actuel. Expliquez que vous souhaitez surtout en savoir plus sur le poste et déterminer si vous possédez les compétences requises. Demandez à en savoir plus sur les exigences du poste afin de mieux comprendre les besoins de l’entreprise. Vous pouvez également expliquer que votre salaire actuel n’est pas une bonne mesure de référence car chaque poste implique des responsabilités différentes. Si vous êtes sous-payé car vous travaillez pour une organisation caritative ou une association par exemple, et que vous divulguez votre rémunération, vous risquez de recevoir une offre qui n’est pas alignée à votre valeur sur le marché. Visez une offre de salaire haute pour votre poste et vos compétences.

À NE PAS FAIRE : parler du salaire tout de suite.

À FAIRE : votre but est d’arriver à faire dire au recruteur sur quelle tranche de salaire il se positionne avant que vous-même n’abordiez la question du salaire désiré. C’est seulement après avoir compris votre futur rôle dans l’entreprise que vous pourrez avoir une conversation productive à propos du salaire que vous visez.

À NE PAS FAIRE : être trop spécifique.

À FAIRE : au lieu de fournir un chiffre très exact de la rémunération que vous souhaitez, indiquez une tranche de salaire en adéquation avec le poste, avec votre expertise, avec votre expérience et avec le montant que votre futur employeur a budgétisé pour ce poste.

Si l’employeur vous fait une offre plus basse que celle que vous espériez, vous avez deux choix : vous pouvez négocier ou décliner l’offre.

[Article connexe: L’Argent change-t-il nos priorités au travail ?]