Dans les nouvelles, Marque employeur

COVID-19 : Plus de 1 Français sur 3 a peur de perdre son emploi

enquête peur perte emploi

Pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus, la France a interdit un certain nombre d’activités jugées non essentielles, menaçant l’activité de nombreuses entreprises. Glassdoor, l’un des plus grands sites d’emploi et de recrutement au monde, a interrogé 1001 salariés basés en France pour évaluer leurs craintes face à une baisse de salaire et à une perte d’emploi potentielle. L’enquête étudie également les compromis qu’ils seraient prêts à faire pour garder leur emploi et leur degré de confiance en leur employeur.

Les Français ont peur pour leur salaire et leur emploi, et surtout les hommes

La crise du COVID-19 engendre inéluctablement des peurs liées à la baisse de salaire et à la perte d’emploi et il semblerait que les hommes soient davantage touchés par ces craintes. Plus d’un tiers des personnes interrogées (39%) a déclaré craindre d’être contrainte à travailler moins d’heures et  à subir une baisse de salaire. C’est une peur davantage présente chez les hommes (à 43%) que chez les femmes (à 33%).  L’étude Glassdoor révèle que 39% des répondants français craignent de perdre leur emploi à cause de la crise sanitaire. Les hommes se sentiraient plus concernés, puisque 43% redoutent de perdre leur travail, contre seulement un tiers de femmes (33%). 

La situation inquiète beaucoup les jeunes

Les salariés des diverses classes d’âge n’ont pas le même niveau de crainte lorsqu’il s’agit de la perte d’emploi. L’étude Glassdoor révèle des jeunes beaucoup plus anxieux quant à leur situation professionnelle. Ainsi, les résultats montrent que la moitié des 16-24 ans craint de perdre son emploi (50%), contre moins de 18% des 55 ans et plus.

Les Français, prêts à faire des compromis pour sauver leur poste

La majorité des Français interrogés se dit prête à renoncer aux augmentations (à 59%) et aux primes (à 55%) pour préserver leur emploi. Plus du tiers des Français se dit également prêt à accepter un salaire plus bas pour conserver son emploi (38%). 

______________________________________________________________________________________

Découvrez aussi :
Chômage partiel : que faire pour compléter votre baisse de salaire ?
______________________________________________________________________________________

L’enquête Glassdoor révèle cependant de grandes disparités sur la question du compromis de salaire parmis les différentes classes d’âge. Une fois de plus, les jeunes se démarquent en se montrant davantage prêt à faire des sacrifices pour sauver leur emploi. Ainsi, 45% des 16-24 ans interrogés seraient prêts à accepter un salaire plus bas pour conserver leur emploi, contre seulement 29% des salariés seniors, âgés de 55 ans et plus.

Les jeunes faisant leur entrée sur le marché du travail, redoutent une période de chômage d’une durée incertaine. Cette population pâtira malheureusement de cette crise sanitaire, voyant leurs projets professionnels retardés et rendant leur début de carrière plus laborieux. J’invite les jeunes diplômés à utiliser cette période de confinement pour prendre le temps de travailler un maximum sur leur Personal Branding (marque personnelle), bâtir et développer leur réseau en échangeant en ligne avec d’autres professionnels, mais également à identifier les industries les moins affectées par la crise et à ajouter des compétences à leur profil par le biais de cours en ligne pour pouvoir mieux répondre aux nouveaux besoins du marché du travail” suggère Marie Mure-Ravaud, Experte de la Communauté Glassdoor.   

______________________________________________________________________________________

Découvrez aussi :
Se former gratuitement avec les MOOC durant le confinement
______________________________________________________________________________________

La confiance en l’employeur, malgré les craintes

Les salariés français interrogés au cours de l’enquête Glassdoor ne sont pas particulièrement positifs sur l’évolution de la situation économique française. Les trois quart pensent qu’il faudra plusieurs années à l’économie pour se remettre de cette crise (75%). En revanche, ils se montrent particulièrement confiants en leur employeur : 77% déclarent faire confiance à leur employeur pour que ce dernier limite les licenciements et fermetures de postes.

Méthodologie: Cette enquête, réalisée par Censuswide pour le compte de Glassdoor, a porté sur 1 001 employés de bureau français entre le 2 avril 2020 et le 3 avril 2020.