Les actualités Glassdoor

“Parlez-moi de vous !” : Comment répondre à cette question en entretien ?

Publié par Sélim Niederhoffer

Dernière mise à jour : 4 février 2021
|11 lecture min.

Parler de soi en entretien est difficile pour de nombreuses personnes. Cela peut occasionner un bon coup de stress si vous n’avez pas préparé de réponse à la question “parlez-moi de vous !”.  

Même avec de l’expérience, les candidats sont souvent bloqués lorsque les recruteurs posent cette question incontournable et très personnelle : “parlez-moi de vous”, ou une de ses variantes “que disent les gens de vous ?”, “comment vos collègues vous perçoivent-ils ?” 

Mais faire une bonne première impression en entretien d’embauche n’est pas difficile, si vous apprenez à vous présenter ou à faire une présentation efficace. 

Découvrez comment (bien) répondre à la question “parlez-moi de vous” en entretien pour vous démarquer des autres candidats et obtenir le poste que vous désirez ! 

Pourquoi il est important de répondre à la question “parlez-moi de vous” ? 

La question “parlez-moi de vous” ou “présentez-vous” a plusieurs utilités pour le recruteur. 

Ces questions servent en partie à briser la glace entre le recruteur et vous. 

Les responsables RH et les recruteurs en général font passer de nombreux entretiens, ils s’ennuient ou ne savent plus par où commencer. 

Leur ennui les pousse à lancer la discussion sans faire d’efforts… en vous laissant piloter l’entretien. 

Mettez-vous dans l’esprit d’un recruteur : des centaines de CV, des journées parfois répétitives. Sa partie à lui, vous parler de l’entreprise et de la mission, est extrêmement répétitive. 

Sa dose de fun et de nouveauté, c’est vous qui l’apportez. Comprenez : cette question “parlez-moi de vous” permet au recruteur de s’évader pendant une ou deux minutes.  

Vous devez donc y répondre correctement pour lancer la conversation. 

Si vous ne saisissez pas cette opportunité, la conversation commencera lentement. Elle ne décollera pas et vous ne ferez pas bonne impression. Candidat mou ou mal préparé, se dira le recruteur. 

La deuxième bonne raison de vous préparer à cette question, c’est qu’elle vous permet de vous démarquer dès le début de l’entretien.

Une étude de Cadremploi datant de 2019 montre que 6 managers sur 10 prennent la décision de recruter en se fondant principalement sur les soft skills (les compétences sociales, l’intelligence sociale, la communication, le savoir-être)

Bien répondre à “parlez-moi de vous” vous permet d’obtenir un verdict plus favorable : candidat intéressant, bonne personnalité, fera du bien aux équipes. 

En effet, la personne qui vous recrute va se faire une première impression de vous. Grâce à une question ouverte comme “parlez-moi de vous”, elle va vérifier plusieurs de vos qualités : 

  • Votre esprit de synthèse
  • Votre clairvoyance sur vous-même 
  • Votre énergie quand vous présentez l’information
  • Votre degré de préparation pour l’entretien
  • Votre personnalité : votre choix d’approche, votre facilité à vous présenter… 

Pour montrer que vous êtes préparé et que vous êtes le candidat idéal, voici nos pistes pour bien répondre à cette célèbre question-piège en entretien. 

Pensez aussi à vous préparer aux questions "Pourquoi vous et pas un autre ?", “Avez-vous des questions ?” et à la très classique “Où vous voyez-vous dans 5 ans ?”.

Préparez-vous à répondre à la question “parlez-moi de vous” ! 

Pour être serein le jour de l’entretien, l’important, c’est de vous préparer à répondre à toutes les questions d’introduction. 

Votre interlocuteur vous donnera peut-être une durée pour vous présenter. Idéalement, préparez une présentation de moins d’une minute et une de 3 minutes environ. 

La présentation de moins d’une minute, c’est en quelque sorte votre elevator pitch. Cette pratique consiste à imaginer ce que vous diriez pour présenter votre projet le temps d’un trajet court en ascenseur. 

Vous devez donc trouver les traits saillants de votre parcours.

Si votre interlocuteur ne précise pas de limite de temps, présentez-vous pendant 3  ou 4 minutes. 

Dans ce cas de figure : détaillez votre parcours, les raisons de vos choix, vos compétences et vos qualités.

Préparer ces deux types de réponse vous permettra de ne pas être pris au dépourvu.

Comment structurer votre réponse à la question “parlez-moi de vous”

Servez-vous du storytelling pour structurer votre propos. 

Enoncer vos expériences les unes après les autres n’est pas fluide, ce n’est pas captivant pour votre interlocuteur. 

Votre speech doit montrer vos qualités mais aussi votre capacité à les synthétiser. Apprenez à être fluide. Comme disait Victor Hugo, “la forme c’est le fond qui remonte à la surface”. 

L’essentiel est de montrer le fil rouge de votre parcours, sa cohérence et la raison pour laquelle vous désirez le poste pour lequel vous rencontrez le recruteur. 

Ne vous inquiétez pas si vous avez changé de voie ou si vous avez un trou dans votre CV, tant que vous savez comment justifier et valoriser votre choix.  

Plus vous parlerez de votre parcours comme une histoire, plus vous plairez à votre interlocuteur.

Bien sûr, vous pouvez aussi évoquer vos expériences associatives. Elles donnent de la couleur à vos propos, elles montrent que vous utilisez vos compétences dans des domaines qui vous intéressent, et que vous n’êtes pas qu’une machine corporate

Commencez par faire le point sur votre situation. C'est-à-dire où vous en êtes, et ce que vous voulez. 

Par exemple “Je m’appelle Jean, je viens de terminer mon stage chez Total en contrôle de gestion et je cherche un emploi pour septembre”. 

Cette première phrase replacera le contexte et vous permettra de démarrer avec confiance.

La suite, c’est vous qui devez la mener. 

Vous devez parler de votre parcours scolaire (si vous êtes jeune) ou professionnel, de vos compétences ou de vos qualités, et de vos principales expériences. 

Souvenez-vous de ces quelques conseils :

  • Vous devez prioriser les expériences, les stages ou les formations les plus importantes pour l’emploi que vous voulez avoir. 

Ne faites pas l’erreur de nombreux juniors qui détaillent leurs expériences de jobs d’été. Ce qui compte, c’est ce que vous avez vécu et comment cela a amélioré vos compétences, celles qui vous seront utiles pour le poste à venir.

  • Utilisez des exemples concrets pour parler de vos actions : résultats, chiffres, moments précis. 

Idéalement, parlez des résultats. “J’ai occupé le poste de Community Manager pour l’entreprise Blabla.fr. Le nombre d’abonnés est passé de 5.000 à mon arrivée à 20.000 en 1 an.

Si vous n’avez pas de chiffres à mettre en avant, évoquez des événements précis de votre parcours. 

Par exemple “Lorsque j’étais bras droit du directeur de BTp+, j’ai été chargé d’organiser à la dernière minute une réunion d’urgence avec les investisseurs.” 

Vous donnerez ainsi de la matière à vos propos. Ces expériences sont comme des garanties qui témoignent de vos compétences.

Une étude du cabinet de conseil Miratech, spécialisé dans l’expérience utilisateur, a montré que les recruteurs passent 18% de leur temps sur la formation, 26% de leur temps sur les compétences et 46% de leur temps sur les expériences lorsqu’ils regardent un CV.

  • Pour vous préparer, pensez à structurer votre discours en 3 catégories : ce que vous avez fait, où vous en êtes, ce que vous voulez faire.

Cela vous aidera à structurer votre présentation. Vous parlerez d’abord du moment où vous en êtes dans votre carrière, puis vous détaillerez vos expériences passées et les compétences que vous avez développées. 

Vous finirez par évoquer le futur avec l’entreprise où vous postulez, en parlant de vos aspirations, votre projet professionnel. 

  • Concentrez votre présentation sur trois qualités

Vous pouvez vous en servir pour répondre à la question “parlez-moi de vous”, en mettant en lumière vos qualités. 

Choisissez des qualités dont vous faites preuve au travail (autonomie, rigueur…). Distillez-les entre les compétences que vous avez développées dans vos expériences précédentes et ce que vous apporterez à l’entreprise.  

  • Cela va sans dire, mais si vous postulez dans une entreprise étrangère, ou si vous postulez à un poste international… préparez votre présentation en anglais ou dans la langue de votre poste 😉

Présentez-vous : les erreurs que vous ne devez pas commettre

“Présentez-vous”, c’est une question que vous entendrez forcément lors d’un entretien, que vous changiez de poste, d’entreprise ou que vous optiez pour une reconversion professionnelle

  • Ne répondez pas en citant votre CV de manière linéaire. 

Si vous listez vos expériences point par point et que vous listez vos compétences sans y mettre de fil rouge, vous ennuierez votre interlocuteur. Vous risquez de gaspiller votre temps sur des détails insignifiants. 

Pensez thématique, pensez compétences. 

  • Ne parlez pas de votre vie personnelle ou de vos centres d’intérêt s’ils n’ont pas de lien avec votre parcours professionnel. 

Si vous avez utilisé vos compétences dans une association liée à vos passions, allez-y. Si vous avez arrêté de travailler pour voyager ou vous occuper de vos enfants, c’est légitime.  Mais ne commencez pas à évoquer vos passions, vous aurez tout le temps pour le faire après avoir été recruté. 

  • Ne parlez pas des raisons pour lesquelles vous n’aimez pas votre ancien travail. 

Ne critiquez pas votre ancien manager, les désagréments des transports, ne vous plaignez pas lors d’un entretien d’embauche. Restez positif.

Evoquez les  leçons apprises dans votre dernier poste, parlez des bons points du poste à venir, mais ne mentionnez pas les frustrations accumulées dans votre dernier poste.  

Exemple de réponse à la question “parlez-moi de vous” 

Après trois ans passés chez Renault en tant que commercial, je cherche un nouvel emploi dans l’industrie automobile à la suite de mon déménagement. 

Je viens de Dijon et je suis diplômé d’un BTS en commerce international que j’ai complété avec une licence pro. J’ai choisi ce type de formation pour développer mes compétences en vente et en marketing.

J’ai réalisé deux stages à la Française de Mécanique et  chez Michelin car je suis passionné par les voitures et la course automobile. Ça a confirmé ma volonté de travailler dans ce secteur. Après ces expériences, j’ai occupé un premier poste de commercial chez Renault.

J’ai appris l’art de la vente auprès de commerciaux expérimentés, et j’ai réussi à doubler mes ventes en 3 ans, malgré un contexte difficile pour l’automobile. 

J’ai aimé travailler chez Renault, j’ai apprécié cette expérience car elle m’a permis d’apprendre de nombreux pans du métier grâce à ses missions variées : suivi comptable des ventes, vente directe, entretiens téléphoniques avec les clients. 

J’ai apprécié cette expérience car elle m’a permis de relever un challenge, celui d’être performant lors des ventes. J’ai développé une bonne écoute du client, que je saurai mettre à profit pour votre entreprise.  

Le piège à éviter quand on vous demande de parler de vous 

C’est le petit piège à éviter : en faire trop. Si vous répondez au recruteur que vous vivez, vous respirez, vous dormez pour l’entreprise, ça peut faire peur. 

Le recruteur doutera soit de votre sincérité (la majorité des salariés ne sont pas passionnés par leur job, juste motivés par un salaire mensuel), soit de votre santé mentale (les passionnés, ça peut faire peur quand ils s’emballent). 

Etre passionné par Adidas, Ferrari ou Louis Vuitton, on peut le concevoir. Mais parler de passion pour Lactalis, Schneider Electric ou Altran, ça paraît gros. 

Trouvez le juste milieu ! 
Et surtout,  pensez à consulter notre guide des questions complexes posées en entretien d’embauche.

Accueil du blogLes actualités Glassdoor“Parlez-moi de vous !” : Comment répondre à cette question en entretien ?